Coronavirus: la TCG League valaisanne glisse vers le virtuel

«Le Nouvelliste» vous propose de découvrir la vie des clubs sportifs valaisans frappés par l’épidémie. Comment s’organisent-ils? Quels sont leurs espoirs? En attendant le retour à la normale, la TCG League valaisanne glisse vers le virtuel.

09 avr. 2020, 19:00
Le dernier événement de la TCG League valaisanne avait réuni plus de septante personnes le 7 mars dernier.

Un dernier moment de joie et puis le vide. C’est la sensation bizarre vécue par la TCG League valaisanne (ndlr: TCG pour trading card game), une association qui a pour but de promouvoir les jeux de cartes à collectionner.

Le 7 mars dernier, ses membres organisaient en effet, à la maison des jeunes de Conthey, le plus grand tournoi de leur histoire qui comptait pour les qualifications aux championnats d’Europe du jeu «Yu-Gi-Oh!».

«Nous avons accueilli 71 personnes venues du Valais bien sûr, mais aussi de toute la Romandie, de la Suisse alémanique et même de France voisine. C’était juste avant les restrictions liées au Covid-19, mais nous avions déjà pris quelques précautions», se souvient avec nostalgie Pierre-Marcel Dayer, président de l’association. 
 

Il existe des simulateurs de jeu en ligne qui permettent de continuer à jouer en affrontant d’autres collectionneurs.
Pierre-Marcel Dayer, président de la TCG League valaisanne

Le virtuel en attendant les Nocturnes Games

Depuis, le monde des jeux de cartes à collectionner s’est arrêté, du moins sous sa forme première. «C’était le dernier tournoi qui a pu être organisé en Suisse et sans doute l’un des derniers au niveau international», confirme le président de la TCG.

Dès lors, la section valaisanne a été contrainte d’annuler tous ses rendez-vous hebdomadaires, ses journées d’initiation, ainsi que ses tournois officiels ou non. Et son activité s’est donc déplacée vers d’autres horizons, comme celui du web. «Il existe des simulateurs de jeu en ligne qui permettent de continuer à jouer en affrontant d’autres collectionneurs. Il est même possible d’y organiser de mini-tournois.»

A lire aussi: Coronavirus: la Geek Cavern ne veut pas perdre son esprit communautaire

Habituée à se rencontrer toutes les semaines, la vingtaine de membres de l’association a dû également s’adapter pour garder contact. «Nous nous retrouvons désormais sur un serveur Discord, quelque chose qui ressemble un peu à WhatsApp», précise Pierre-Marcel Dayer. «C’est un outil multiplateforme très populaire dans le milieu du gaming. Il permet de s’écrire ou de s’envoyer des messages vocaux. Il a plusieurs salons disponibles avec des sujets de discussion différents.»

Malgré toutes ces possibilités de continuer à communiquer, la TCG League valaisanne espère pouvoir à nouveau se réunir prochainement, ne serait-ce que pour préparer ses Nocturnes Games qui regrouperont les amateurs de jeux de cartes et de société durant vingt-deux heures et qui auront lieu en décembre. 

A lire aussi: Coronavirus: les dessins d’espoir des juniors du FC Crans-Montana

L’INFO SOLIDAIRE

Dans la situation sanitaire hors norme que nous vivons, la rédaction du «Nouvelliste» se mobilise afin d’accompagner ses lecteurs avec une information précise et fiable. Notre journalisme, professionnel et indépendant, ne bénéficie d’aucune subvention. Nous avons cependant choisi d’ouvrir en libre accès une grande partie de nos contenus touchant aux aspects essentiels et vitaux de cette crise. Plus que jamais en cette période inédite, l’information a une valeur. Pour nous. Pour vous. Soyons solidaires autour d’elle. http://abo.lenouvelliste.ch.