Plan de quartier des Goilles à Monthey: oui… non… enfin peut-être!

Le projet de densification d’un secteur de la ville a fait débat lundi soir au Conseil général. Après une soirée rocambolesque, le plénum a renvoyé la copie au Conseil communal.

25 août 2020, 15:00
Aux Goilles, une dizaine d'immeubles devraient prendre forme sur ces 30 000 mètres carrés.

Trente mille mètres carrés, proche des services, des commerces et des équipements publics: le lieu dit Goilles, à la jonction des localités de Collombey et Monthey et à cheval entre les routes de Clos-Donroux, Tonkin et chemin d’Arche, a été identifié comme un secteur à haut potentiel pour la commune de Monthey. Une dizaine de bâtiments devraient y sortir de terre. 

Des appartements pour les revenus modestes

Mais le projet attendra encore. Lundi soir, le nouveau plan de quartier devait être soumis pour approbation au Conseil général, qui était mené exceptionnellement par le vice-président Pierre-Marie Lenweiter, la présidente Laude-Camille Chanton étant absente.

Les amendements ajoutés par la Commission édilité et urbanisme ont été longuement débattus, notamment celui «d’y inscrire un pourcentage d’appartements à loyers modérés». Alors que l’Alliance de gauche se réjouissait d’adjoindre cette particularité «qui favorisait la mixité sociale» au règlement, le groupe démocrate-chrétien s’interrogeait, quant à lui, sur «la faisabilité de cette réalisation via un amendement». 

Avec ce plan de quartier illustrant une stratégie de densification pour le chef-lieu du district, la question de «l’incidence d’un nouveau quartier sur les infrastructures communales» a été évoquée par le groupe d’Alternative pour Monthey. Le président de la ville, Stéphane Coppey, a rassuré: «Après une étude sur le potentiel de notre commune, nous savons que Monthey a les moyens d’accueillir jusqu’à 25 000 habitants, même si notre but n’est pas d’augmenter la population.»

Refusé, puis accepté, puis renvoyé

Le plan de quartier a finalement été accepté par 35 oui, 10 non et 8 abstentions, mais la limite requise étant fixée à 36, le projet sera donc renvoyé en deuxième lecture. 

La soirée qui marquait la rentrée du législatif montheysan après six mois d’absence, crise sanitaire oblige, a été quelque peu chaotique. Comptage des voix, recomptage, interruptions de séance, puis cafouillage à la lecture des résultats où le plan de quartier y a d’abord été refusé, puis accepté, avant de finalement être renvoyé à la municipalité. En fin de séance, deux conseillers généraux ont proposé de passer au vote électronique en 2021 pour plus de clarté.

A lire aussi: Le plan de quartier Plantaud sous la loupe du canton (18.06.2019)

Absence de Laude-Camille Chanton
La présidente du Conseil général, Laude-Camille Chanton, était absente lundi soir. Elle est actuellement en arrêt maladie après qu’elle eut dénoncé les agissements du président de Collombey-Muraz, Yannick Buttet, produits lors d’une soirée à Monthey début août. «Ce genre de comportement est encore malheureusement trop fréquemment banalisé et minimisé, ce qui n’aide pas les victimes à aller mieux», nous a-t-elle déclaré par téléphone.

A lire aussi: Yannick Buttet va jeter l'éponge (03.08.2020)