Valais: les promenades d'école sont menacées

Un récent arrêt du Tribunal fédéral ne permet plus aux enseignants de demander une participation financière aux parents pour des activités organisées dans le cadre scolaire, même pour les fameuses promenades de fin d'année. Le Conseil d'Etat valaisan conteste.
08 mars 2018, 17:53
Les activités organisées dans le cadre scolaire, même les promenades d'école, sont menacées par une décision du Tribunal fédérale.

Un arrêt du Tribunal fédéral, datant de décembre 2017, ne permet plus de prélever une participation financière auprès des parents pour couvrir les coûts de cours de langues et les frais de sorties, d’excursions, de camps et d’autres manifestations scolaires obligatoires. Seuls des frais de nourriture, qui doivent rester compris entre 10 et 16 francs par jour, peuvent être demandés, pour conserver le principe de la gratuité de l’école.

Le PDC du Bas s’est ému de cette situation, puisque «cette jurisprudence, à l'encontre de la pratique actuelle en vigueur dans les écoles valaisannes, ne permettrait plus aucune participation financière des parents d'élève pour des activités scolaires sportives ou culturelles obligatoires».

Incompréhension en Valais

Le conseiller d'Etat Christophe Darbellay exprime son incompréhension face à la décision du TF «qui ne concerne pas uniquement les camps de ski, mais aussi les camps nature, les promenades d’école et même les fournitures scolaires». Le TF «a été beaucoup plus loin que ce qui lui a été demandé» dans son arrêt et a pris une décision «un peu aberrante», aux yeux du ministre de l’éducation et de l’économie.

Un groupe de travail a été mis en place pour étudier les conséquences pratiques de cette décision du TF sur l’école valaisanne et les réponses adéquates à y apporter.
 

par Jean-Yves Gabbud