Réservé aux abonnés

Sion: la faillite de l’Hectolitre laisse des traces

Après la faillite du bar l’Hectolitre, le gérant réclame près de 60 000 francs à son ancien employeur qu’il va poursuivre pénalement. Une serveuse, enceinte, n’est pas couverte par l’assurance perte de gain maladie comme l’exige la loi.

24 sept. 2019, 18:00
Loris Luzzi et Chloé Olivera Cruz ont plusieurs contentieux à régler avec leur ancien employeur.

Le 2 août dernier, sans préavis donné aux employés et au gérant, le bar l’Hectolitre cessait toutes ses activités commerciales. Trois semaines plus tard, les administrateurs déposaient le bilan de la société Valhecto SA qui exploitait l’établissement. Ils évoquaient alors des problèmes de liquidités liées à une mauvaise gestion. Le gérant, lui, dénonçait un licenciement abusif et des accusations diffamatoires. Il va désormais poursuivre p&eac...