Les députés valaisans soutiennent Sion 2026

Le Grand Conseil accepte nettement d'entrer en matière sur un soutien financier de 100 millions au projet olympique Sion 2026.

05 mars 2018, 11:08
Le soutien à Sion 2026 obtient 74% de vote favorable au Grand Conseil.

Sans surprise, le Grand Conseil valaisan veut apporter un soutien financier de 100 millions au projet Sion 2026. Il a accepté l’entrée en matière sur cet objet par 95 voix contre 33 et 1 abstention lundi matin.

Cette étape parlementaire est une étape éliminatoire. Si le Grand Conseil dit non, Sion 2026 n’irait pas plus loin et il n’y aurait pas de votation populaire, a rappelé le président de la commission Grégory Logean. Le débat de détail reprend vendredi.

Un crédit de 100 millions

La demande d’un soutien de 100 millions a été relativement peu contestée par les députés. Comme l’a dit Manfred Schmid (PDC du Haut) «le crédit de 100 millions demandé ne posera pas de problème, parce qu’il sera étalé sur huit années». Pascal Salzmann (UDC du Haut) résume la situation ainsi: «Ces 100 millions constituent un bon investissement pour le Valais, qui pourra être connu du monde entier.»

Les questions restantes

Les critiques des opposants s’orientent sur certaines inconnues du dossier. Cyrille Fauchère (UDC du Valais romand) demande ainsi: «Qui signera la garantie d’un éventuel déficit?» Il se pose des questions sur le montant nécessaire pour la sécurité. Ces inconnues font que le groupe UDC a demandé un renvoi à janvier 2019 de la votation populaire, ce qui a été rejeté par le Grand Conseil.

De leur côté, les Verts déplorent eux le fait que le crédit demandé concerne majoritairement des travaux de terrassement et de mise en place de canons à neige.

Les raisons pour dire oui

Le conseiller d’Etat Frédéric Favre a expliqué pourquoi le Valais doit soutenir cette candidature Sion 2026. «Pour le sport d’abord.» Il explique que les JO sont un dynamiseur économique important, qu'être l’organisateur du quatrième événement mondial permettra au Valais d’avoir un moyen de pression pour que ses projets soient soutenus sur le plan national et que les Jeux permettront de mettre un coup de projecteur sur le Valais.