La vendeuse du Modigliani habite Martigny

Le tableau de Modigliani vendu 170 millions à un acheteur chinois par la maison Christie's, à New York, appartenait à une personne domiciliée à Martigny.

18 févr. 2016, 22:37
Le fameux "Nu couché" de Modigliani vendu par une Martigneraine

Le "Nu couché", une des œuvres majeures de l’artiste italien Modigliani – estimée à 100 millions de dollars et qui a finalement été adjugée par Christie’s à un acheteur chinois pour près de 170 millions de dollars en novembre dernier – a été vendu par une citoyenne de Martigny, selon la radio locale RhôneFM.

Ce prix de vente faramineux fait de lui le deuxième tableau le plus cher au monde, après "Les femmes d’Alger" de Picasso, vendu en mai de la même année à 179,36 millions de dollars. Il devance ainsi le tableau de Francis Bacon, «Trois Etudes de Lucian Freud», tryptique adjugé pour 142,4 millions de dollars chez Christie’s à New York le 12 novembre 2013.

Devant ces prix records, Christophe Flubacher, directeur de la Fondation Arnaud à Lens, relève que "plus les périodes de crise sont graves, plus le prix des œuvres d’art augmente. Lorsque l’art devient une valeur refuge, ce n’est pas vraiment bon signe pour la société."


Tout le monde bien sûr s’interroge sur l’identité de la Martigneraine. Une mécène d’origine grecque, amie de Léonard Gianadda, semblait correspondre au profil. Mais le décès de cette dame en 2015 met fin à cette piste.

En effet, le montant des impôts que le service des contributions a confirmé à nos collègues, environ 500 000 francs pour la commune et autant pour le canton, indique qu’il ne s’agit pas d’une succession. Auquel cas, il serait beaucoup plus élevé.

Le produit de la vente d’une œuvre d’art n’étant pas considéré comme un revenu, mais comme une conversion de fortune, les retombées fiscales pour la ville de Martigny et pour le canton seront donc plus modestes. Contacté, le président de la ville, Marc-Henri Favre, n’a pas voulu faire de commentaire. Il a simplement avoué:"On a de la chance d’avoir parmi nos concitoyens des contribuables fortunés qui paient des impôts, alimentant ainsi le ménage communal et cantonal."