Ski alpin: St-Moritz se prépare à accueillir les Mondiaux dès la semaine prochaine

La station grisonne de St-Moritz connaîtra l'effervescence des Mondiaux de ski alpin dès la semaine prochaine. "Tout est prêt", assurent les organisateurs.

03 févr. 2017, 10:19
La station de St-Moritz a fait les choses en grand.

Les championnats du monde ne se disputeront pas en terres inconnues dès la semaine prochaine à St-Moritz. La station grisonne va accueillir ses quatrièmes joutes planétaires, un record pour une compétition qui va fêter sa 44e édition.

Sans compter les JO de 1948, qui faisaient aussi office à l'époque de Mondiaux de ski alpin, St-Moritz a déjà reçu la planète ski en 1934, 1974 et 2003.

Pour cette édition 2017, le village huppé de Haute-Engadine avait été choisi en mai 2012 lors du congrès de la Fédération internationale (FIS) en Corée du Sud. Après deux échecs face à Schladming puis Beaver Creek, la candidature grisonne s'était facilement imposée 12 voix à 3 face aux Suédois d'Are, qui recevront eux les Mondiaux en 2019.

Si cela fait presque cinq ans que St-Moritz sait qu'elle organisera à nouveau les Mondiaux, elle avait reçu le soutien de Swiss-Ski dès 2004, lorsque les délégués de la Fédération helvétique avaient encore une fois jeté leur dévolu sur les Grisons. On notera néanmoins que la donne a changé depuis, la prochaine candidature suisse pour les Mondiaux étant promise à Crans-Montana.

"Nous sommes prêts et il est temps que cela commence", reconnaît Hugo Wetzel, le président du comité d'organisation. Habituée à recevoir le circuit féminin depuis plusieurs hivers, St-Moritz avait passé sa "répétition générale" en mars dernier en accueillant les finales de la Coupe du monde. "Cela nous avait permis de tester 80% de nos installations", relève Hugo Wetzel.

Après avoir beaucoup investi pour les Mondiaux de 2003, notamment pour réaménager ses pistes, St-Moritz a profité des travaux de l'époque, tout en apportant de nouvelles améliorations à ses infrastructures. La station grisonne souhaite en effet rester au programme de la Coupe du monde jusqu'en 2030 au moins, et pourquoi pas aussi accueillir les JO 2026, pour lesquels la population grisonne devra justement se prononcer dans quelques jours (le 12 février).

Une statue géante a notamment été construite: