Réservé aux abonnés

La traque du dernier grand chef de Cosa Nostra

Le colonel Lopane raconte la chasse à l’homme entreprise pour capturer Matteo Messina Denaro. En cavale depuis 27 ans, il est le dernier parrain à n’avoir jamais connu la prison.

24 août 2018, 00:01
An Italian Carabinieri paramilitary police officer and a police officer stand next to mug shots of 11 men suspected of helping Matteo Messina Denaro during a press conference in Palermo, Italy, Monday, Aug. 3, 2015. Italian investigators say they've discovered how the No. 1 Cosa Nostra fugitive communicates with henchmen using written messages buried in dirt or hidden under boulders on Sicilian sheep ranches: in pre-dawn raids Monday in western Sicily, police arrested 11 men suspected of helping Matteo Messina Denaro stay in command despite being on the run since 1993. (AP Photo/Alessandro Fucarini) ITALY MAFIA MESSAGES

Après 27 ans de cavale, Matteo Messina Denaro, le dernier des grands parrains de la mafia sicilienne de Cosa Nostra encore en liberté, reconnaît son désarroi: «Ils ont arrêté mes contacts, leurs remplaçants et les remplaçants de leurs remplaçants», a-t-il écrit dans l’un de ses derniers «pizzini», ces billets manuscrits laconiques qu’envoient les grands boss, au prix de mille détours, pour faire passer leurs ordres.

Sur la place principale de Castelvetrano, petite ville agricole de 40 000 habitants à 100 km de Palerme, à la pointe ouest de la Sicile, le colonel Rocco Lopane ...