Un drapeau de l'initiative 1:12 brûlé à Nendaz

Un jeune socialiste nendard a vu le drapeau de l'initiative 1:12 qui se balançait sous son balcon brûlé par des inconnus.
11 oct. 2013, 11:37
Le drapeau de Gauthier Glassey a été brûlé par un ou des inconnus.

«Dans la soirée du 9 octobre 2013, un drapeau de l’initiative 1:12, suspendu au balcon d’un membre du comité des Jeunesses Socialistes du Valais romand, a été brûlé à Nendaz», annoncent les Jeunes socialistes (JSVR) dans un communiqué de presse. Les JSVR se disent «choqués par cet acte gratuit, qui représente une grave attaque à la liberté d’expression. Cet évènement reflète malheureusement l’atmosphère délétère qui entoure la campagne en faveur de l’initiative 1:12 en Valais.»

Des commentaires menaçants

Le jeune homme en question est Gauthier Glassey. Il fêtera ses 18 ans juste assez tôt pour avoir le droit de voter sur l’initiative de son parti en novembre prochain. Selon lui, le feu qui a endommagé son drapeau n’a pas mis en danger sa maison. Absent au moment des faits, il a constaté les dégâts en rentrant chez lui. Qui sont les auteurs de cet acte? «Je vois le groupe de personnes qui seraient capables de faire ça.» Quelqu’un de Nendaz? «Probablement, mais ne n’exclut pas qu’il puisse s’agir de quelqu’un de l’extérieur qui passait par là.» Y aura-t-il une plainte? «C’est encore à voir.»

Gauthier Glassey a raconté sur Facebook sa mésaventure. Il y recueille des commentaires très durs On peut lire, par exemple, ce poétique commentaire d’un jeune du Valais central: «Ces socialos ne comprenne pas qu’il font de la merde alors faut leur faire comprendre autrement.» (sic)

Le jeune socialiste nendard explique qu’il est parfois pris à parti dans sa commune. Il y a même eu des menaces. «Sur Facebook, quelqu’un a écrit que les bidons d’essence sont prêts.»

Cette situation ne perturbe pas trop Gauthier Glassey. Philosophe, il déclare: «Un homme sans ennemi est un homme sans valeur.»

Récupération politique?

Les jeunes socialistes profitent de l’événement pour faire parler d’eux. Toujours sur Facebook, le député-suppléant socialiste nendard Julien Délèze écrit: «Ce qui est magique, c'est que cet acte de vandalisme, qui au passage peut coûter à l'auteur entre quelques mois et quelques années de prisons max., suivant l'état de fait retenu permet une pure publicité pour l'action des drapeaux. Bravo au(x) incendiaire(s) et merci pour la pub! C'est moins cher qu'un encart dans la presse!»

Dans «Le Matin», Gauthier Glassey déclare: «C’est relativement compliqué d’être socialiste en Valais, et à Nendaz particulièrement, une commune plutôt conservatrice. » On notera toutefois que Gauthier Glassey travaille comme apprenti employé de commerce… à la Commune de Nendaz.