Saint-Maurice: au Marché monastique, les religieux sur le terrain des migrations

A l'occasion du 4e Marché monastique de Saint-Maurice, "Le Nouvelliste" a interrogé des représentants de trois communautés sur la crise des migrants.
22 sept. 2015, 21:24
Frère Bruno Rotzetter (Fraternité des Capucins, Saint-Maurice), Soeur Bernadette Bonnet (Abbaye Notre-Dame de la Paix (F)) et le Diacre A. H., du cloître copte orthodoxe de Brenkhausen, ont accepté de s'exprimer.

On aurait pu, à l'occasion de la quatrième édition du Marché monastique de Saint-Maurice, parler des 1500 ans de l’Abbaye, du nombre record de communautés participantes, de leur chiffre d’affaires. On a choisi d’aborder plutôt un sujet brûlant d’actualité: celui de la crise des migrants. Celui des frontières qui se ferment, en Hongrie, en Croatie. Celui de l'accueil de ces centaines de milliers d’êtres humains qui tentent de gagner l’Europe. Les réticences rencontrées au moment d’aborder les représentants de certains cloîtres, monastères ou églises, nous ont rapidement soufflé une évidence: la problématique n’est pas moins délicate pour les religieux que pour les politiques. On marche sur des œufs, souvent, entre refus de s’exprimer, renvoi aux autorités supérieures de la congrégation et peur pour sa vie. Trois représentants ont accepté de nous parler, parfois sous certaines conditions.

Retrouvez l'intégralité de cet article dans nos éditions papier et numériques du lundi 21 septembre.