Vers un festival de saveurs

21 sept. 2015, 14:02
Ovronnaz, le 14.09.2014



Fromages et Cimes a Ovronnaz. Une premiÀre pour cette dixiÀme Èdition de Fromages et Cimes, un concours de dÈgustation du meilleur fromage ‡ raclette au lait cru d'alpage.



Christian Hofmann/Le Nouvelliste

Une petite semaine avant que Bagnes ne s’intronise «capitale de la raclette», Ovronnaz va devenir celle du fromage des sommets. Ce dimanche 20 septembre, la station du pied des Muverans va en effet proposer «une manifestation unique en Valais, dédiée à la dégustation et à la découverte de la plus large palette de fromages réunis en un seul lieu».

La barre des 10 000 raclettes

A l’enseigne de la 11e édition de Fromage & Cime, ce ne sont ainsi pas moins de 21 artisans-fromagers qui vont faire découvrir au grand public leur production originale, sur la trentaine de stands qui proposeront également d’autres produits du terroir (vins, viandes séchées, etc.). «Dix-sept de ces producteurs de fromages d’alpage sont valaisans. Pour compléter la palette de saveurs, trois autres régions seront invitées à faire découvrir leurs spécialités à nos hôtes: l’Oberland bernois, le Jura et la Savoie», précise Maïwenn Kerleau, collaboratrice de l’office du tourisme local.

Au total, ce sont plus de 30 fromages différents qui seront proposés à la dégustation, sous forme de raclettes servies à l’unité et vendues 4 francs la portion. «Installés sous des pavillons indépendants et en fonction de leur provenance géographique, les producteurs proposeront en dégustation les meilleurs de leurs fromages. Le choix étant très large et unique, les différentes tentes ne seront pas en concurrence mais bien complémentaires», rajoute Maïwenn Kerleau. Heureuse de voir cette 11e édition faire tomber un premier record, celui de l’offre. Ainsi étoffée, celle-ci devrait permettre à Fromage & Cime de récolter un nouveau succès populaire dans la lignée des scores de 2014. «L’an passé, plus de 2450 personnes s’étaient retrouvées à Ovronnaz pour déguster 9356 raclettes sur une seule journée!» pascal guex

par Pascal Guex