Lecture: la sélection du mois du «Nouvelliste»

Chaque mois, la rédaction culturelle du «Nouvelliste» décortique l’actualité littéraire du Valais. Du roman au beau livre, un tour d’horizon autant des auteurs issus du fertile terreau valaisan que des ouvrages qui parlent du Valais. Sélection.

03 mars 2018, 05:30
 Pierre-Andre Milhit aime jouer avec les mots et les sons.

«La couleuvre qui se mordait la queue», de Pierre-André Milhit

Pierre-André Milhit est de retour avec la publication d’un quatrième ouvrage. Avec «La couleuvre qui se mordait la queue», l’auteur sédunois joue une fois encore avec les mots. Ici, il s’est volontairement imposé une contrainte stylistique: jouer avec les nombres premiers pour définir le nombre de mot de chacun des poèmes du livre; il part de 1 et va jusqu’à 191, avant de revenir en arrière, composant ainsi un palindrome.


Pierre-André Milhit aime ce genre d’exercices: «Ce concept donne un cadre établi. Cela enferme, mais à l’intérieur du cadre, ça s’ouvre, car tu fais ce que tu veux, tu es libre. Et, à la fin, ce cadre permet une certaine unité.»
Le livre sera verni mardi 20 mars à 20 h 30 à la Ferme-Asile, en compagnie du tubiste Stéphane Métrailler.


«Voilà», de Suzanne Auber

La peintre valaisanne raconte sa vie dans cet ouvrage sorti aux Editions L’âge d’homme. L’artiste a fait des rencontres surprenantes au cours de sa vie, de Salvador Dali à Sam Spiegel, réalisateur mondialement connu par son film «Lawrence d’Arabie» en passant par la mythique Ava Gardner.

«Tout ce qui est dans ce livre est vrai, il n’y a rien d’inventé. Ça peut paraître surprenant que la petite fille de Martigny ait fait de telles rencontres, je le conçois, surtout avec ma timidité. Ce n’est pas moi qui suis allé chercher ces personnes, ce sont elles qui m’ont pris comme ça», raconte Suzanne Auber.

 

«Bouche à oreille», par six auteurs

Si vous avez raté la performance de Mathieu Bessero-Belti déclamant les mots d’Aude Bourrier pour parler du johannisberg, ou mieux encore, si vous avez été enivré par le spectacle «Bouche à Oreille» que l’acteur et metteur en scène a imaginé avec la spécialiste en vins Marie Linder, vous pouvez désormais retrouver l’intégralité des six textes célébrant autant de cépages dans un très beau recueil conçu par Adeline Rouiller et illustré par Jean-Marc Linder.

«Bouche à oreille» est «à lire un verre à la main»: la quatrième de couverture ne laisse planer aucun doute, l’ouvrage invite à passer à l’exercice pratique. Entre deux gorgées, on se prend à réciter ces superbes textes.

>>A lire aussi: Le Valais sera l'hôte d'honneur du Salon du Livre 2018