Saint-Nicolas: les laves torrentielles sont sous contrôle

La situation s'est stabilisée à Saint-Nicolas. Les personnes évacuées ont pu regagner leur domicile.

20 juin 2013, 07:50
data_art_1649326.jpg

La situation s'est normalisée, hier au-dessus du village d'Herbriggen qui fait partie de la commune de Saint-Nicolas. Ainsi que l'ont expliqué la cellule de crise et la présidente de la commune Gaby Fux-Brantschen, on a vidé le bassin de rétention à l'aide de 14 camions et trois pelles mécaniques. Au lieu-dit Bietzigji, le torrent qui passe juste à l'entrée d'Herbriggen.

Suivi scientifique

Le géologue cantonal Jean-Daniel Rouiller explique que ce site est l'objet d'un suivi scientifique depuis une quinzaine d'années. Le système de surveillance et de veille a bien fonctionné, puisqu'on a pu évacuer à temps une quarantaine de personnes dans la partie la plus exposée du village. Tout le monde a pu désormais regagner son domicile.

Dépotoir obstrué

Un dépotoir est prévu pour arrêter les laves torrentielles. Mais il a été progressivement obstrué en début de semaine. Les laves sont parties de 2800 mètres d'altitude environ. La chaleur caniculaire a fait fondre le manteau neigeux encore très épais en cette saison. Mais la chaleur s'est également attaquée au permafrost.

Le mélange de neige et de boue gelée s'est déversé dans le torrent et le dévaloir jusqu'au fond de la vallée, où il est passé sous la route de la vallée et la ligne de chemin de fer du Brigue-Viège-Zermatt (BVZ).

Hermann Geiger l'avait déjà repéré

Le site est connu depuis les années 1960, puisque le pilote émérite Hermann Geiger avait déjà signalé un important éboulement à cet endroit. De fait il ne s'agissait pas d'un éboulement, mais bien de lave torrentielle. "Pour ces prochains jours, il faudra suivre la météo", conclut le géologue cantonal. Car les quantités de neige à fondre demeurent très importantes. Et si la chaleur devait se maintenir à ces hauteurs, d'autres mouvements du glacier pourraient suivre. Avec un potentiel de plus de 15'000 mètres cubes, alors que le bassin de rétention est prévu pour 5000 mètres cubes .

Saint-Nicolas n'est pas seul. Actuellement le Rhône subit la fonte massive des neiges et il menace de déborder par endroits.