«Ce que j’aime à la Bâtiaz, c’est…»

Stéphane Coiana est une figure au pied du château de la Bâtiaz, à Martigny. Il se sent bien dans ce lieu typique et regorge d’idées pour l’animer et le faire vivre.
22 janv. 2019, 15:30
Stéphane Coiana devant l'ancienne école de la Bâtiaz qui sert notamment de local d'animation dans le quartier.

Stéphane Coiana, 57 ans, est une figure emblématique du quartier de la Bâtiaz situé à l’ombre du château éponyme, à Martigny. Marié à Ariane et père de quatre enfants, ce maître ébéniste diplômé est prof de travaux manuels au CO d’Octodure depuis 1999. Il préside l’Association des quartiers de la Bâtiaz qui organise une fête populaire en septembre, ainsi que le chœur d’hommes de sa ville depuis l’an dernier. Par le passé, il a aussi enseigné le judo et le ju-jitsu comme méthodes de défense personnelle.

Qu’est-ce qui fait la richesse de votre quartier?
Le quartier de la Bâtiaz est en plein développement. Chaque jour, des familles de divers horizons s’y installent, ce qui fait sa richesse. L’école, le jardin d’enfants et le parc sont des nouveautés qui facilitent la vie des résidents. Un grand merci se doit d’être adressé à nos autorités pour ces travaux importants.

Je dirais que l’ouverture d’un petit café avec boulangerie au chemin du Milieu serait une heureuse initiative. Il rassemblerait les habitants qui ne veulent ou ne peuvent pas se déplacer plus loin.

Une curiosité architecturale ou un endroit pittoresque que vous aimez faire découvrir?
En habitant à proximité de la tour de la Bâtiaz, j’aime bien y amener mes amis de passage. On y découvre toute notre ville. Entre mai et octobre, la cuisine médiévale et les animations qui y sont proposées valent le détour.

Le bistrot dans lequel vous aimez vous rendre à l’heure de l’apéritif?
A l’occasion, je m’arrête dans l’un des cafés de la rue de la Bâtiaz. On y est au calme et on y fait toujours de belles rencontres. On peut aussi manger dans l’un des restaurants.

Peut-être qu’une fermeture de la rue à la circulation les vendredis soir d’été pourrait favoriser l’utilisation des terrasses et attirer la clientèle.

Un lieu où vous appréciez de vous ressourcer?
Il y en a deux. Les berges de la Dranse toute proche, magnifiques en toute saison, ainsi que le local du chœur d’hommes de Martigny, pour les répétitions tous les mardis. J’y retrouve une sacrée équipe d’amis depuis dix-sept ans.

La manifestation qui vous séduit?
Je cite la fête de la Bâtiaz que nous organisons depuis 2012 avec notre association de quartier pour rassembler les habitants. Dans l’ancienne école de la Bâtiaz, des animations sont proposées. Nous cherchons à mettre en place des nouveautés chaque année.

Ce que vous aimeriez voir évoluer ou aboutir dans votre commune?
L’achèvement de la route de contournement depuis la sortie d’autoroute pour rejoindre Salvan et Vernayaz constituerait un atout pour notre ville. Question sécurité, la réfection des rives de la Dranse est urgente pour la mise à l’abri de nos quartiers contre une débâcle qui peut survenir à tout moment.

A lire aussi: «Ce que j’aime à Troistorrents, c’est…» 

 

Vous voulez partager l’amour de votre ville ou de votre village?
Contactez notre rédaction Près de Chez Vous par courriel à pcv@lenouvelliste.ch
par Charles Méroz