Réservé aux abonnés

La Brusonette, ou l’utopie enracinée du Palp Festival

Il y a quelques jours, le festival ouvrait son épicerie au cœur de Bruson. Un lieu de terre et de germination culturelle.

25 mai 2020, 20:00
D’un festival de musiques actuelles à l’épicerie, il n’y a parfois qu’un pas, comme le prouve de gauche à droite Sébastien Olesen, Marie Corminboeuf, Marie Olesen et Michel May. Et au fond, la culture, c’est faire sortir de bonnes choses de terre...

Beaucoup d’utopies fleurissent aujourd’hui, alors que le monde se déconfine gentiment et hésite entre un retour forcené au temps de la consommation effrénée et des voies alternatives plus ou moins mystiques, plus ou moins réalistes. Le Palp Festival, lui, fait ce qu’il a fait depuis sa création il y a dix ans: le circuit court, le lien direct, le terroir valorisé, les vallées et les villages réinvestis de sens.

En s’ancrant à Bruson et en en faisant le «Village du Palp»...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois