Zurich: trop de lumières dans la gare, le TF dit stop

Le Tribunal fédéral admet qu'une gare sur-éclairée la nuit peut être source de nuisance. Il a admis le recours de deux voisins de la gare d'Oberrieden, dans le canton de Zurich: les émissions lumineuses inutiles doivent donc être évitées!
23 avr. 2014, 12:00
Trop de lumières dans la gare (ici la Zurich Hauptbahnhof): le TF dit que seule la lumière nécessaire à la sécurité doit être maintenue.

Les CFF doivent réduire l'éclairage nocturne de la gare d'Oberrieden See dans le canton de Zurich. Dans la zone couverte des quais, les lampes émettent nettement plus de lumière que la sécurité de l'exploitation ne l'exige.

Le Tribunal fédéral (TF) admet sur ce point le recours de deux voisins, domiciliés dans un quartier qui surplombe cette gare zurichoise. Il rappelle que les émissions lumineuses inutiles doivent être évitées, notamment lorsque les conditions d'exploitation le permettent.

Cette obligation résulte du principe de prévention ancré dans la loi sur la protection de l'environnement. "En règle générale, ne doit être éclairé que ce qui doit l'être".

Quant aux besoins nécessaires, ils doivent être couverts avec le minimum de lumière. En outre, les lampes devraient disposer d'un système d'orientation précis du faisceau lumineux ou de détecteurs optiques.

Dans la mesure du possible, l'éclairage du ciel et de la nature environnante doit être évité. Une période de repos nocturne entre 22 heures et 6 heures est souhaitable, comme c'est le cas en matière de protection contre le bruit.

Eviter les chutes

En l'espèce, le TF accorde une importance particulière au fait que les bords des quais doivent être éclairés en permanence pendant les heures d'exploitation pour des motifs de sécurité, afin d'éviter que des personnes ne chutent sur les voies.

Sous cet angle, l'éclairage de la partie non couverte du quai n'est pas critiquable. En revanche, un éclairage beaucoup plus intensif dans la zone couverte n'est pas indispensable à la sécurité du trafic. Pour satisfaire ces exigences, l'extinction de quelques lampes devrait suffire, indique encore le TF. dans un arrêt daté du 2 avril 2014.

Les CFF obtempèrent

Les CFF vont obtempérer à ce jugement le plus rapidement possible, a indiqué leur porte-parole Reto Schärli, interrogé par l'ats. L'ex-régie va débrancher la moitié des lumières ces prochaines semaines, mais quelques aspects techniques doivent encore être clarifiés.

Le porte-parole a souligné que l'ex-régie a déjà fait un pas en direction des voisins il y a quelques années pour tenter de résoudre le problème. Elle avait ainsi réduit l'intensité de la luminosité et atténué celle-ci au moyen de réflecteurs spéciaux. Des mesures qui n'ont toutefois pas été considérées comme suffisantes par les voisins concernés.

Nouvel éclairage testé à Neuchâtel

Indépendamment de cette affaire, les CFF testent un nouveau concept d'éclairage. Ils ont ainsi installé, dans un sous-voie de la gare de Neuchâtel, des lampes de type LED dont l'intensité peut être modifiée.

Elle pourrait ainsi être augmentée lorsque des personnes sont présentes, et diminuée lorsque les lieux sont déserts. Ce système permettrait de réduire la consommation d'électricité et de préserver les voisins. (arrêt 1C_602/2012 du 2 avril 2014)