Tempête de grêle: le président du comité de la gym se rend au chevet des victimes

La tempête de grêle a fait 84 blessés à Bienne jeudi. Le président du comité d'organisation de la Fête fédérale de gymnastique, Hans Stöckli, leur rend visite à Berne.

22 juin 2013, 18:15
Hans Stöckli, le président du comité d'organisation de la Fête fédérale de gymnastique, s'est rendu au chevet des victimes de la tempête soignées à l'Hôpital de l'Ile à Berne.

Le président du comité d'organisation de la Fête fédérale de gymnastique, s'est rendu au chevet des victimes de la tempête soignées à l'Hôpital de l'Ile à Berne, alors que le bilan a été revu à la hausse, à 84 blessés. Il a aussi apporté son soutien aux responsables de la manifestation. 

Hans Stöckli, qui s'exprimait samedi pour la première fois après les intempéries, a expliqué qu'il était pour lui essentiel de  s'entretenir avec les participants les plus sévèrement atteints. L'Hôpital de l'Ile a accueilli jeudi six blessés.  

Onze personnes se trouvaient encore à l'hôpital aujourd'hui, dont deux étaient dans un état grave. La police bernoise a revu le bilan des blessés à la hausse, après avoir appris que huit personnes se sont rendues d'elles-mêmes dans un hôpital situé dans un autre canton.  

Enquête en cours

L'ancien maire de Bienne n'a pas souhaité se prononcer sur les circonstances du drame et les éventuelles responsabilités. "Une enquête est en cours et elle apportera des réponses", a-t-il expliqué lors d'un point presse. Il s'agira notamment de savoir si l'ordre d'évacuation a été donné trop tard.

"Le directeur du comité d'organisation Fränck Hofer et son équipe sont à la hauteur et méritent notre confiance", a souligné Hans Stöckli. La FFG se poursuivra comme prévu jusqu'à dimanche avec la cérémonie de clôture.

Double visage

"La Fête fédérale de gymnastique s'est déroulée sous le signe de Janus", a commenté le conseiller aux Etats en faisant allusion à la tempête qui a terni la fête mais aussi au succès et à l'ambiance qui ont marqué cette manifestation sportive et festive. "Un double visage avec lequel nous devrons vivre."

Pour Hans Stöckli, les organisateurs de manifestations de cette ampleur devront à l'avenir tenir compte des changements climatiques. Il estime que les événements météorologiques extrêmes vont se multiplier. "Nous pourrions connaître les mêmes phénomènes qu'aux Etats-Unis", a-t-il fait remarquer.