Raid de l'armée colombienne contre les Farc, 20 guérilleros tués

Au moins vingt guérilleros des Farc ont été tués lors d'un bombardement de l'armée dans le sud-ouest de la Colombie, a annoncé un haut responsable militaire.
06 août 2015, 15:15
Fondée 1964, les FARC compte encore quelque 9.200 combattants, essentiellement repliés dans les régions de montagne et de forêt.

L'attaque militaire contre les Farc survient alors que Bogota et les Farc doivent reprendre mercredi des négociations de paix pour tenter de mettre fin à un conflit de près d'1/2 siècle.

Le bombardement a visé un camp des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) situé à Los Arrayanes, une localité rurale de la province de Nariño, à la frontière de l'Equateur, a précisé tard dimanche le général Leonardo Barrero, un des commandants de l'armée dans la région.
 
"En raison de la puissance de l'attaque sur Los Arrayanes, on estime qu'il y a au moins vingt guérilleros" abattus, a déclaré le général Barrero, précisant que l'offensive militaire s'était déroulée samedi à l'aube.
 
Plusieurs bombardements ont été menés dans la municipalité de Ricaurte, dont dépend Los Arrayenes, et "pour l'instant six cadavres ont été retrouvés", a indiqué le responsable militaire.
 
Santos fait pression
 
Cette attaque de l'armée survient alors que le gouvernement colombien et les Farc doivent reprendre mercredi à Cuba des négociations de paix.
 
Le président colombien Juan Manuel Santos a mis dimanche la pression. Il a exigé d'aboutir à un accord au plus tard en novembre 2013, pour mettre fin au plus vieux conflit d'Amérique latine.
 
Le chef de l'Etat a toutefois souligné qu'il était "important d'avoir de la patience et de ne pas exiger des résultats immédiats".
 
Lancés en octobre dernier en Norvège, les pourparlers entre des représentants du gouvernement et de la rébellion marxiste se sont poursuivis le 19 novembre à Cuba, autre pays garant du processus de paix, afin de résoudre ce conflit qui a fait plusieurs centaines de milliers de victimes.
 
Cinq points
 
Les négociations doivent s'articuler autour de cinq points particulièrement épineux: le développement rural, la participation des Farc à la vie politique, la fin des hostilités, la lutte contre le trafic de cocaïne - dont la Colombie est le premier producteur mondial - et enfin les droits des victimes.
 
Fondée 1964, la principale guérilla colombienne compte encore, selon les autorités, quelque 9.200 combattants, essentiellement repliés dans les régions de montagne et de forêt.