Réservé aux abonnés

On ne se fâche pas, on cause

Berne ne veut pas se brouiller avec Berlin, mais critique l'achat de données volées. Analyse d'une nouvelle crise.

04 févr. 2010, 05:01

On ne se fâche pas avec son principal partenaire économique, on discute. Hier à Berne, le ministre des Finances Hans-Rudolf Merz a déclaré que le Conseil fédéral ne prendrait pas de mesures punitives contre l'Allemagne qui compte acheter et exploiter des données bancaires volées en Suisse, ce que certains qualifient de recel. Il entend au contraire poursuivre les négociations en vue d'une nouvelle Convention de double imposition (CDI) qui, lorsqu'elle entrera en vigueur, fera perdre de la valeur aux informations dérob&...