Les CFF ont vécu la "semaine de l'horreur"

Les retards dus à l'entrée en vigueur du nouvel horaire des CFF ont provoqué la grogne des passagers tout au long de la semaine.
06 août 2015, 15:21
ZUR DISKUSSION UEBER DAS MOBILITY PRICING, ZUM FAHRPLANWECHSEL UND DEN NEUEN PREISEN FUER BAHNTICKETS DER SBB AB SONNTAG, 9. DEZEMBER 2012, STELLEN WIR IHNEN FOLGENDES BILDMATERIAL ZUR VERFUEGUNG - Des pendulaires attendent le train en gare de Geneve, photographie, ce mercredi 13 juillet 2011 a la gare de Cornavin Geneve. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Les CFF ont connu la "semaine de l'horreur" après l'entrée en vigueur du nouvel horaire et surtout les importantes chutes de neige du week-end en question. La semaine dernière, un voyageur sur trois est arrivé en retard, selon les statistiques de la régie fédérale publiées dans "Der Sonntag".

Malgré les imprévus, 90% des voyageurs auraient dû arriver ponctuellement à destination. Dans les faits, 74% des trains sont arrivés à l'heure alors qu'en moyenne annuelle, ce devrait être le cas de neuf trains sur dix.

Les importantes chutes de neige et les dangers liés à la formation de glace sont les principales raisons de ces retards, a expliqué au journal dominical Christian Wehrle, porte-parole des CFF. La mauvaise humeur des passagers en retard s'est exprimée avant tout dans les réseaux sociaux et c'est une avalanche de protestations des pendulaires qui a envahi le site de Twitter. Les CFF ont ainsi recensé plus de 300 "tweets" rageurs durant la journée de jeudi dernier.

Il est clair que pour les CFF "le média social est très important et nous allons encore développer ce domaine", a souligné Christian Wehrle. "Nous avons eu de très bons retours de tweets et de commentaires après nos réponses rapides et sans formalités", a-t-il constaté. Toutefois, les CFF ne sont pas encore présents 24 heures sur 24 sur les réseaux sociaux comme l'est, par exemple, la compagnie aérienne Swiss.