Réservé aux abonnés

L'armée se tient à carreau

Il y a cinq ans, André Blattmann s'était fait taper sur les doigts pour avoir désigné la Grèce comme facteur de risque. Il avait cependant vu juste en prédisant une vague de réfugiés.
09 sept. 2015, 07:01
data_art_3367868.jpg

Tout le monde a son mot à dire sur la crise des réfugiés. Tandis que l'Europe se mobilise, le Conseil national s'apprête à livrer une bataille épique sur la révision de la loi sur l'asile. Mais ce terme militaire ne s'applique pas à l'armée qui est la seule à faire profil bas. Cela n'a pas toujours été le cas. Il y a cinq ans, son chef, André Blattmann s'était fait taper sur les doigts pour avoir déclaré dans une interview au "Tages Anzeiger" que les grands flux migratoires pourraient rendre nécessaire l'intervention de l'armée dans le futur. Il s'était notamment attiré l'ire de l'ancien conse...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois