Disparition de l'Hebdo: les lecteurs invités à un brunch samedi pour élaborer le dernier numéro

Le 2 février prochain, ce sera le tomber de rideaux pour l'Hebdo. Le magazine invite tous ses lecteurs à un brunch samedi dans ses locaux pour élaborer avec son équipe le dernier numéro. La mobilisation continue pour tenter de sauver l'hebdomadaire romand.

25 janv. 2017, 17:14
Les abonnements à l'Hebdo pourront être reconvertis en abonnements au Temps.

 L'Hebdo organise un brunch des lecteurs samedi à Lausanne dans sa salle de rédaction. Il les invite à participer à l'élaboration de son dernier numéro qui paraîtra le 2 février.

Ouvert à tous, le brunch aura lieu dans la salle de rédaction commune au Temps et à l'Hebdo de 11h00 à 14h00, avec les journalistes et l'équipe graphiste qui le réaliseront. L'invitation est formulée par le rédacteur en chef Alain Jeannet dans l'édito de l'avant-dernier numéro à paraître jeudi.

"Tous les fidèles de l'Hebdo vont recevoir ces prochains jours une proposition de reconversion de leur abonnement en faveur du Temps. S'il vous plaît acceptez l'offre", demande Alain Jeannet dans cet édito. "Et plus largement lisez les titres que vous aimez. Commentez-les, critiquez-les, défiez-les, achetez-les, abonnez-vous. Engagez-vous".

Socialement rentable

La disparition de l'Hebdo et les 37 suppressions d'emploi annoncées par la direction de Ringier Axel Springer continue de provoquer des réactions atterrées. Médias pour tous a condamné mercredi "un acte grave qui dépouille toute une région d'un de ses moyens d'affirmation".

Pour ce mouvement fondé en 2016 par des journalistes et cinéastes du pays, l'Hebdo est rentable sur le plan social, politique et culturel. Et la Suisse romande ne devrait pas baisser les bras.

Dans l'immédiat, les gouvernements cantonaux et les institutions publiques devraient mettre sur pied d'urgence un fonds de soutien pour garantir une parution continue de l'Hebdo, propose-t-il. Il s'agirait d'assurer une solution de transition entre les actuels propriétaires, démissionnaires, et une forme associative ou autre permettant aux lecteurs de sauver l'Hebdo.