Coronavirus: «pas d’assouplissement majeur à attendre le 1er mars», annonce Alain Berset

La situation épidémiologique s’améliore au niveau des chiffres, mais l’évolution des cas du variant plus contagieux est inquiétante, a déclaré mercredi le ministre de la santé Alain Berset. Le Conseil fédéral n’envisage pas d’assouplissements pour l’instant.

03 févr. 2021, 15:35
L'objectif est d'en sortir avec le moins de casse possible, a affirmé ce mercredi Alain Berset.

La situation épidémiologique s’améliore au niveau des chiffres, mais l’évolution des cas du variant plus contagieux est inquiétante, a déclaré mercredi le ministre de la santé Alain Berset. Le Conseil fédéral n’envisage pas d’assouplissements pour l’instant.

D’un côté les chiffres globaux s’améliorent, mais de l’autre, on a une "pandémie dans la pandémie».
Alain Berset, ministre de la santé

Les mesures actuelles sont prévues jusqu’au 28 février. Il ne faut pas s’attendre à des assouplissements majeurs à ce moment-là, a indiqué Alain Berset. Le Conseil fédéral va refaire le point de la situation le 17 février, mais il ne devrait pas y avoir de grands changements.

 

 

«Nous sommes confrontés à un vrai dilemme». D’un côté les chiffres globaux s’améliorent, mais de l’autre, on a une «pandémie dans la pandémie», selon le ministre. Les variants plus contagieux augmentent fortement. Ils sont perdus dans les chiffres globaux.

Taux de reproduction au-dessus de 1

De 2000 nouveaux cas d’infection au nouveau variant la semaine dernière, on s’attend à passer à 4000 cas cette semaine. Les différences régionales sont grandes. Le taux de reproduction est au-dessus de 1 pour toute la Suisse et atteint même 1,9 dans un canton.

La situation de ce point de vue est semblable à celle qui prévalait au début du mois d’octobre. L’objectif est d’en sortir avec le moins de casse possible, a affirmé M. Berset.