Roger Federer: "J'espère qu'il y aura encore de quoi sauter en l'air"

Dans un entretien avec le "Tages-Anzeiger", Roger Federer parle de son retour à la compétition, prévu l'année prochaine. Il n'évoque pas de retrait et espère encore gagner des rencontres majeures.
20 oct. 2016, 14:37
Le plus important dans cet entretien: le Bâlois n'évoque jamais un retrait, même léger de la compétition.

Dans une interview avec le "Tages-Anzeiger", Roger Federer parle pour la première fois en détail de son retour l'année prochaine et de ses plans pour le futur.

Le plus important dans cet entretien: le Bâlois n'évoque jamais un retrait, même léger de la compétition.

"Oui j'espère qu'il y aura encore de quoi sauter en l'air. Mais j'attends beaucoup plus qu'une victoire dans un tournoi ou le gain d'un match." Sinon, il n'aurait pas pris une si longue pause. Federer s'est résolu à renoncer à toute la fin de la saison après le tournoi de Wimbledon où il avait atteint les demi-finales. Son retour est agendé début janvier à l'occasion de la Hopman Cup, une compétition mixte qu'il jouera en principe avec Belinda Bencic.

Son âge - 35 ans - ne le préoccupe pas. "J'essaie de composer avec un mixte entre l'expérience et les idées jeunes dans la tête, d'être ouvert aux nouvelles idées et de se réinventer. Je suis curieux de voir comment vont se dérouler les six premiers mois." Il va reculer au classement ATP pour se retrouver vers la 15e place. "Cela va donner une intéressante constellation lors des tirages au sort des tournois. Mais peur ? Si je dois avoir peur ou du respect, c'est avant tout devant une nouvelle blessure."

 

Il avait pensé qu'après son opération au ménisque au printemps, il allait rapidement retrouver un bon niveau. "La phase la plus difficile à vivre fut celle entre Rome et Wimbledon parce que quelque chose ne marchait pas avec le genou. Je ne remarquais aucun progrès. Je ne suis pas arrivé à Wimbledon bien préparé." Pourtant, il a atteint la demi-finale avant de s'incliner vraiment "inutilement" contre Milos Raonic. "J'ai été moi-même surpris d'avoir été aussi loin. C'est pourquoi je pense que c'est mon plus mémorable Wimbledon", n'hésite pas à lâcher l'octuple vainqueur des Internationaux de Grande-Bretagne.

Actuellement, son genou se remet bien. "Les six à huit prochaines semaines vont montrer si mon genou est à nouveau bon. Je crois que je ne devrais plus le surveiller. J'ai un genou normal, stable. La sensation est normale", assure Federer. "Nous nous laissons beaucoup de temps et nous reconstruisons pas à pas." Son espoir est de retrouver une condition de près de 100% rapidement. Dès la semaine prochaine, il veut dans les huit, neuf prochains jours pouvoir s'entraîner cinq ou six fois. Son coach Ivan Ljubic sera bien présent.

 

Le Bâlois a utilisé son temps libre à faire des choses inhabituelles pour lui. Naturellement, les matches lui ont manqué, "mais pas de manière aiguë". Il a contrôlé les résultats tous les jours. Il a aussi apprécié de pouvoir faire des plans sur le plus long terme, de revoir des amis et de faire de la randonnée en famille. Depuis Wimbledon, à l'exception de deux courtes parenthèses à New York et à Paris, il a passé son temps en Suisse. Mais pour affiner sa préparation pour la saison à venir, il va partir en novembre et en décembre dans sa seconde résidence à Dubai.