Wiggins premier Britannique au sommet du Tour de France

Bradley Wiggins était bel et bien le plus fort sur ce Tour de France. Le leader du Team Sky a écrasé le dernier contre-la-montre entre Bonneval et Chartres. Son équipier Christopher Froome a terminé deuxième et occupera le même rang demain sur le podium final à Paris. Sur ce chrono de 53,5 km, l'Italien Vincenzo Nibali est parvenu à sauvegarder sa troisième place.

21 juil. 2012, 17:44
Bradley Wiggins jure ne toucher à aucun produit dopant.

Ça y est, le Tour de France tient son premier vainqueur britannique. Bradley Wiggins n’a pas laissé le moindre espoir à ses rivaux entre Bonneval et Chartres. Comme à Besançon, l’Anglais a fait régner sa loi sur deuxième chrono du Tour de France à l’allure de 50 km/h. Son coéquipier Christopher Froome a terminé à 1’16’’ et il permet au team Sky de réaliser le doublé. Personne n’est parvenu à faire trembler le duo britannique sur ce tracé long et très plat. La puissance de Wiggins a parlé, sa maestria aussi.

Vincenzo Nibali a confirmé ses progrès dans cet exercice, tout en concédant tout de même à 3’38’’, et troisième au général avec un retard final de 6’. Cette avant-dernière étape a aussi été marquée par la défaillance de Cadel Evans, qui s’est même fait dépasser par son jeune coéquipier Tejay Van Garderen. L’Américain, meilleur jeune du Tour, est ainsi cinquième. Une sorte de passation de pouvoir chez BMC, puisque le vainqueur sortant termine septième.

Soulagé et heureux d’avoir réalisé son rêve, Bradley Wiggins succombait à l’émotion: «Je ne peux pas exprimer mes sentiments. Les derniers dix kilomètres étaient très émouvants. J'ai repensé à ma fammile et à out le travail effectué, à ma chute de l'année passée. C'est fantastique.»

Christopher Froome a reconnu sa défaite. «Bradley Wiggins était vraiment le plus fort», avouait le Kenyan blanc. «Arrivé deuxième du Tour de France, c’est formidable.»

David Braislford, manager du Team Sky, s’est déclaré «très fier de son équipe. Nous avons fait une grande course», jubilait le Gallois. «Nous avons réalisé notre objectif de gagner le Tour. Nous avons misé sur le contre-la-montre pour gagner le Tour et cela a marché.» Maintenant le Britannique va se concentrer sur les JO.