Tour d'Espagne: l'Italien Fabio Aru s'adjuge la Vuelta

L'Italien Fabio Aru a remporté dimanche, à Madrid, le Tour d'Espagne. Tout s'est joué samedi, dans la Sierra de Madrid, lorsque le jeune grimpeur sarde, établi à Lugano, a détrôné Tom Dumoulin.
14 sept. 2015, 08:38
Fabio Aru s'impose à Madrid devant l'Espagnol Joaquin Rodriguez et le Polonais Rafa Majka.

C'est peut-être la naissance d'un grand: l'Italien Fabio Aru (Astana) a remporté dimanche le 70e Tour d'Espagne, soit son premier sacre en Grand Tour, au terme d'une 21e et dernière étape gagnée au sprint par l'Allemand John Degenkolb dans les rues de Madrid.

 

Troisième puis deuxième du Giro en 2014 et 2015, le Sarde (25 ans) semblait promis à de tels sommets. Et malgré un plateau très relevé sur cetteVuelta (Froome, Quintana, Valverde...), ce sacre précoce récompense sa constance, sa résistance et son esprit offensif.

Aru succède au palmarès de la Vuelta à son "idole", l'Espagnol Alberto Contador, qui l'avait devancé en mai sur le podium du Tour italien. L'Espagnol Joaquim "Purito" Rodriguez (Katusha) termine deuxième, devant le Polonais Rafal Majka (Tinkoff-Saxo), troisième.

Sur le Paseo de la Castellana, grande artère du centre de Madrid, Fabio Aru, pour sa part, a pu savourer sa victoire en franchissant la ligne légèrement décroché, entouré de son équipe Astana. "C'est un rêve, je suis très fier et très ému", a réagi l'Italien, cinquième de la Vuelta l'an dernier. "Je veux remercier mes équipiers. Ils ont cru en mes possibilités (...) Nous avons fait un travail d'équipe extraordinaire."

Les sprinteurs, eux, s'étaient expliqués quelques secondes auparavant, ce qui a permis à Degenkolb d'obtenir enfin la victoire d'étape qu'il était venu chercher en Espagne. Ce succès consolera aussi un peu l'équipe Giant-Alpecin, dont le leader néerlandais Tom Dumoulin, porteur du maillot rouge jusqu'à samedi, s'est écroulé après avoir tutoyé la victoire finale.

Le 6e Italien

Ce triomphe d'Aru vient en tout cas confirmer la montée en puissance du jeune grimpeur sarde, qui a pris de l'envergure au sein de la formation kazakh Astana au point de suivre les traces de son coéquipier Vincenzo Nibali (30 ans), vainqueur de la Vuelta en 2010 avant de remporter le Giro 2013 et le Tour de France 2014.

Aru est le sixième italien à remporter l'épreuve espagnole après, outre Nibali, Angelo Conterno en 1956, Felice Gimondi en 1968, Giovanni Battaglin en 1981 et Marco Giovannetti en 1990.

C'est en attaquant sur les pentes de l'étape-reine de la Vuelta, en Andorre (11e étape), qu'Aru a construit son sacre en terminant 2e au sommet derrière son équipier Mikel Landa, portant ensuite le maillot rouge pendant cinq étapes.

Il a aussi su éviter les chutes qui ont éliminé nombre de favoris, à l'image du Britannique Chris Froome (fracture d'un pied) ou de Nibali lui-même, mis hors course dès la 2e étape pour s'être accroché à sa voiture en tentant de revenir sur le peloton après avoir chuté.

Enfin, malgré sa faiblesse en contre-la-montre, Fabio Aru a bien résisté dans l'épreuve chronométrée de Burgos, remportée par l'épatant Tom Dumoulin, qu'il a fini par renverser samedi au terme d'une belle offensive dans la Sierra de Madrid.