Réservé aux abonnés

L’écosystème suisse est sensible

La hausse des températures est plus importante qu’ailleurs.

25 nov. 2015, 23:36
/ Màj. le 26 nov. 2015 à 00:01
Tourists passing by a small lake during a guided tour on the Aletsch glacier, in Fiesch, Switzerland, Tuesday, July 28, 2015. With 23 kilometers is the Aletsch glacier the longest glacier of Europe and belongs to the UNESCO world heritage sites. (KEYSTONE/Dominic Steinmann) SCHWEIZ ALETSCH GLACIER GUIDED TOUR

L’objectif est sur toutes les lèvres à l’approche de la Conférence de Paris sur le climat (COP21): limiter à 2 °C le réchauffement climatique global entre le début de l’ère industrielle et la fin du XXIe siècle. Mais en Suisse, l’augmentation pourrait atteindre plus du double. En cause: la topographie et un écosystème particulièrement sensible.

Premier constat: la température moyenne en Suisse a augmenté de 1,75 °C de 1864 à 2012, alors que la moyenne mondiale est de +0,85 °C pour la même période. Ces données se basent sur le dernier r...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois