Le nord-est des Etats-Unis frappé par une violente tempête: des centaines de vols annulés

Le nord-est des Etats-Unis est paralysé en raison d'une forte tempête hivernale. Des administrations ont été fermées et des centaines de vols ont été annulés.

02 mars 2018, 22:38
Inspiré par les images de palissades ou d'arbres abattus autour de Washington, le surnom "Windmageddon" (combinaison des mots "wind" pour vent et "Armageddon" pour apocalypse) a fleuri sur les réseaux sociaux.

Un tempête frappe le nord-est des Etats-Unis depuis jeudi soir, mêlant importantes chutes de neige, fortes pluies et rafales de vent. Des centaines de vols ont dû être annulés et des administrations sont restées fermées.

Cette tempête hivernale touche une zone allant du Maryland au Massachusetts. Elle devait durer jusqu'aux premières heures de la matinée de samedi. Son intensité a été augmentée par un phénomène dit de "bombe météorologique", caractérisé par une baisse brutale de la pression atmosphérique.

 

 

Dans la région de Washington, les conditions climatiques marquées par des rafales de vent annoncées à 120 km/h ont incité le gouvernement à fermer les services administratifs fédéraux de l'agglomération. Les écoles de la capitale sont restées fermées.

Inspiré par les images de palissades ou d'arbres abattus autour de Washington, le surnom "Windmageddon" (combinaison des mots "wind" pour vent et "Armageddon" pour apocalypse) a fleuri sur les réseaux sociaux.

 

 

Plus au nord, du New Jersey au Massachusetts, le service de météorologie nationale (NWS) a mis en garde contre des risques de submersion côtière et d'inondations à l'intérieur des terres.

Aéroports perturbés

Les fortes précipitations observées depuis la fin de la nuit de jeudi à vendredi, ainsi que des rafales de vent, ont entraîné l'annulation de plus de mille vols au départ ou à destination d'aéroports de la zone. L'aéroport new-yorkais de LaGuardia était le plus affecté avec plus de 500 vols supprimés, selon le site spécialisé flightaware.

Selon la même source, plus de 20% des vols ont été annulés en provenance ou à destination des deux autres aéroports new-yorkais, John F. Kennedy et Newark, mais aussi à Boston (Logan) et Washington (Reagan).