Japon: incendie dans un studio d’animation de Kyoto, le bilan s’alourdit à 33 morts

Le bilan de l’incendie présumé criminel dans un studio d’animation de Kyoto, au Japon, grimpe à 33 morts. 10 personnes sont grièvement blessés. Un homme soupçonné d'avoir répandu l'essence dans le bâtiment a été arrêté.
18 juil. 2019, 09:14
/ Màj. le 18 juil. 2019 à 16:35
Plusieurs salariés de la société Kyoto Animation manquent encore à l'appel.

Trente-trois personnes ont péri jeudi au Japon dans l'incendie qui a ravagé un studio d'animation. Le sinistre est vraisemblablement d'origine criminelle.

Le drame est survenu dans la matinée dans un quartier résidentiel de Kyoto, dans l'ouest du Japon. Au fil des heures le macabre décompte n'a cessé de s'alourdir, tandis que restait inconnu le mobile du suspect, accusé d'être entré dans le bâtiment et d'y avoir répandu de l'essence avant de l'enflammer.

Il a été vu auparavant dans une station-service remplissant des bidons de carburant, selon les médias. Si la cause du sinistre est confirmée, il s'agira d'une des tueries les plus meurtrières de ces dernières décennies au Japon, où le taux de criminalité est faible.

 

 

Deux victimes ont été piégées au rez-de-chaussée, et 31 autres aux deux étages ou dans les escaliers menant au toit-terrasse, a indiqué à l'AFP un porte-parole des pompiers.

"Les flammes avancent beaucoup plus vite avec l'essence que dans le cas d'un feu normal, donc je pense que l'incendie s'est propagé si vite que les systèmes d'alarme et portes pare-feu n'ont pas eu le temps de fonctionner", a expliqué sur la chaîne publique NHK Keizo Harafuji, ancien enquêteur de la police de Tokyo. "Dans certains cas, la température dans une pièce peut grimper à 1500 degrés".

Des explosions

Plus de 70 personnes se trouvaient dans cet immeuble de la société Kyoto Animation, dont quelques-unes ont pu miraculeusement s'échapper saines et sauves. Parmi les autres salariés ou visiteurs, 36 ont été transportés à l'hôpital, dont 10 grièvement atteints.

 

 

Des témoins ont dit avoir entendu des explosions. L'incendiaire présumé, un homme de 41 ans qui se trouvait dans un état inconscient selon le quotidien Asahi, "a versé un liquide inflammable et a mis le feu", a expliqué la police.

"Il a dit 'vous allez mourir'", selon un autre témoignage. Il porterait un tatouage et aurait proféré des propos assez difficiles à interpréter au moment où il a été pris en charge.