France: salariés et intermittents dans la rue

Plusieurs milliers de salariés sont descendus jeudi dans la rue pour dénoncer la politique du gouvernement et le pacte de responsabilité et faire entendre leurs "exigences sociales" à douze jours de la conférence sociale.

26 juin 2014, 18:12
Les intermittents du spectacle ont fait par de leurs revendications de différentes façons.

Plusieurs milliers de salariés français, parmi lesquels des intermittents du spectacle, sont descendus jeudi dans la rue, à l'appel de la CGT. Les manifestants ont dénoncé la politique du gouvernement et le pacte de responsabilité, et fait entendre leurs "exigences sociales" à douze jours de la conférence sociale.

Cette journée d'action, à laquelle participaient Force ouvrière (FO) à Paris et Solidaires dans quelques villes, visait à dénoncer les "réformes désastreuses ressenties comme injustes" par les salariés et faire "résonner" leurs exigences lors de la conférence sociale des 7 et 8 juillet.

La mobilisation a coïncidé avec l'annonce par le gouvernement de son agrément à la nouvelle convention d'assurance chômage, contestée par la CGT-spectacle et par des intermittents qui menacent les festivals d'été .

A Paris, plus d'un millier de personnes, parmi lesquels un gros cortège d'intermittents du spectacle, ont battu le pavé . "On est venus porter cette colère, cette révolte, mais aussi des propositions", a dit Pascal Joly, numéro un de la CGT (Confédération générale du travail) d'Ile-de-France, au départ du défilé parisien place de la Bastille.

Politique "inefficace"

Il a estimé qu'il "faut arrêter de faire des cadeaux aux grands patrons et arrêter cette politique douloureuse pour les salariés et inefficace sur le plan économique et social".

De son côté, Gabriel Gaudy, numéro un de FO d'Ile-de-France, a dénoncé ce "pacte d'austérité" et redit son opposition à la participation de son syndicat à la conférence sociale, dont le pacte sera le sujet phare.

"Le pacte de responsabilité c'est tout bénéf pour le Medef ! Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère. Cette société-là, on n'en veut pas", scandaient des manifestants qui se dirigeaient vers la place de la Nation.

Manifestations en province

A Marseille, la CGT a compté 15'000 manifestants, la police 1300, parmi lesquels un important cortège d'intermittents s'est dirigé vers les locaux du Medef (patronat français), cible de leur colère. Outre la CGT, Solidaires et plusieurs partis de gauche (Lutte ouvrière, NPA, Front de gauche) avaient appelé à cette action.

A Montpellier, 530 personnes, selon la police, 1000 selon la CGT ont marché vers la place de la Comédie. Les manifestants se sont élevés aussi contre la réforme territoriale réclamant un "stop au hold-up démocratique français".

Une centaine de personnes selon la police, se sont rassemblées à Besançon devant le centre de tri de La Poste, menacé de fermeture selon les syndicats. À Nancy, 130 personnes (police) ont manifesté dans l'après-midi. Elles étaient 40 à Strasbourg.

A Toulouse, quelque 800 militants ont marché dans le centre ville, selon la police. Des manifestations ont réuni quelques centaines de personnes à Nantes, Saint-Nazaire et Brest. La précédente journée d'action contre le pacte de responsabilité, le 18 mars, avait mobilisé 240'000 personnes dans 140 villes, selon le décompte de la CGT.

Mercredi déjà, des intermittents du spectacle manifestaient gare St Lazare: