Espagne: il faudra une dizaine de jours pour éteindre l'incendie qui ravage une décharge de pneus

Il faudra au moins une dizaine de jours pour que le gigantesque incendie qui ravage une immense décharge de pneus en Espagne ne soit contrôlé. Près de 10'000 personnes ont dû être évacuées.

16 mai 2016, 17:24
La décharge s'étend sur une surface équivalente à 14 terrains de foot.

Une dizaine de jours pourraient être nécessaire pour venir à bout de l'incendie dans une gigantesque décharge de pneus au sud de Madrid, selon les autorités. Le sinistre s'est déclenché dans la nuit de jeudi à vendredi, forçant l'évacuation de milliers de personnes.

Le gouvernement de Castille-La Manche, où se trouve une partie de cette décharge à ciel ouvert, "calcule que quand l'incendie sera complètement éteint (en une semaine ou dix jours), il restera 30'000 tonnes de pneus aptes à être traités et réutilisés", selon un communiqué.

Le feu s'est déclaré dans cette décharge sauvage, sans doute la plus importante d'Espagne, selon la presse. Elle s'étend sur une dizaine d'hectares, l'équivalent de 14 terrains de foot, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Madrid et existe depuis les années 1990.

Les autorités avaient évacué vendredi près de 10'000 personnes dont les logements sont situés près de cette zone, à cheval entre deux communes, Seseña et Valdemoro, et deux régions: celles de Madrid et Castille-La Manche. Elles ont pu rentrer chez elles samedi.

 

Origine criminelle probable

Le responsable de l'Environnement de la région de Castille-La Manche s'est voulu rassurant lundi lors d'une conférence de presse avec son homologue de la région de Madrid. "L'incendie est maîtrisé et nous nous concentrons sur la qualité de l'air", a assuré Francisco Martinez Arroyo, cité dans le communiqué. Il a rappelé que l'incendie était vraisemblablement d'origine criminelle.

La semaine dernière, la Commission européenne avait demandé au gouvernement espagnol des explications sur ses décharges sauvages. L'organisation de défense de l'environnement Ecologistes en Action s'inquiète, elle, des substances polluantes émises par les incendies de pneus.

Parmi ces polluants figurent les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), considérés comme dangereux, et même dans certains cas cancérigènes.