Crise humanitaire: 400'000 enfants risquent la malnutrition sévère en République démocratique du Congo

L'Unicef a tiré mercredi une sonnette d'alarme sur une catastrophe humanitaire imminente en RDC. Près de 400'000 enfants pourraient souffrir de malnutrition sévère aiguë si rien n'est fait. L'organisation a besoin de plus de 40 millions pour faire face à l'urgence.

24 mai 2017, 15:26
Les enfants font face à une crise imminente si l'accès aux services de base n'est pas rétabli rapidement.

 Près de 400'000 enfants congolais risquent d'être atteint par d'une malnutrition sévère dans la région du Kasaï, dans le centre de la République démocratique du Congo, a prévenu mercredi l'Unicef. Les violences en cours empiètent sur les programmes d'aide.

La crise au Kasaï "a gravement empiété sur les programmes de santé au cours des derniers mois, mettant à risque de malnutrition sévère aiguë presque 400'000 enfants", assure un communiqué de l'agence onusienne.

 

 

L'Unicef "a besoin de 40,2 millions de dollars américains pour sa réponse d'urgence dans le Grand Kasaï". "Ces enfants sont parmi les plus vulnérables du pays et maintenant ils font face à une crise imminente si l'accès aux services de base n'est pas rétabli rapidement", ajoute le document.

>> A lire aussi: Famine en Afrique: les chiffres alarmants de la pire crise humanitaire de notre siècle

"Sans soins de santé adéquats, sans accès à la nourriture et à l'eau potable, la vie de centaines de milliers d'enfants est menacée". Selon l'Unicef, "les approvisionnements alimentaires et les produits de base sont devenus rares" au Kasaï.

 

 

Depuis septembre, la région du Kasaï est secouée par la rébellion de Kamwina Nsapu, chef traditionnel tué en août 2016 lors d'une opération militaire, après s'être révolté contre les autorités de Kinshasa. Ces violences qui impliquent miliciens, soldats et policiers ont fait plusieurs centaines des morts - dont deux enquêteurs de l'ONU en mars - et causé le déplacement de 1,27 million de personnes.