Réservé aux abonnés

Un véritable sacerdoce

Entraîner en ski alpin exige d'énormes sacrifices, financiers, familiaux et sociaux. Suffisamment pour détourner les champions de cette reconversion.

12 févr. 2009, 05:02

Les aires d'arrivée et la salle de presse des championnats du monde de Val-d'Isère grouillent d'anciens médaillés olympiques ou mondiaux. Michaela Dorfmeister, Kjetil-André Aamodt, Antoine Dénériaz ou Bruno Kernen s'y baladent. Leur statut varie d'invités à consultants. Surtout pas entraîneurs. Ce sort demeure réservé aux anonymes du peloton. Dans le camp de Swiss-Ski, ils s'appellent Stefan Ablanalp, Christian Brüesch ou Patrice Morisod, que les succès de Didier Cuche, Didier Défago ou Silvan Zurbriggen placent sous les projecteurs depuis quelques semaines. «Les coureurs les plus performants ...