Le distributeur Toys'R'Us va vendre ou fermer tous ses magasins, également en Suisse

En graves difficultés financières, le distributeur de jouets annonce jeudi la liquidations de ses 735 magasins aux Etats-Unis. Un "processus de vente" est aussi prévu ailleurs, notamment en Suisse, où le groupe possède dix magasins, dont un à Ecublens (VD).
15 mars 2018, 10:29
En Suisse, le groupe possède dix magasins, dont un en Suisse romande, à Ecublens (VD).

Le distributeur de jouets emblématique Toys'R'Us, en graves difficultés financières, a annoncé jeudi qu'il allait mettre en liquidation ses 735 magasins aux Etats-Unis.

Le groupe prévoit une "réorganisation" et un "processus de vente" pour ses activités au Canada, en Asie, en Allemagne, en Autriche et également en Suisse. Toys'R'Us a également précisé que les options restaient ouvertes pour ses autres activités à l'étranger, dont ses magasins en France, mais aussi en Australie, en Pologne, au Portugal et en Espagne.

En Suisse, le groupe possède dix magasins, dont un en Suisse romande, à Ecublens (VD). La chaîne a précisé avoir lancé dans le même temps une procédure d'appel d'offres pour ses magasins canadiens et être "en discussions avec des parties intéressées à une transaction qui pourrait combiner jusqu'à 200 magasins américains les plus rentables avec ses opérations canadiennes".

Poursuite de l'activité

Toys'R'Us, dont le siège se situe à Wayne dans le New Jersey (est) et dont les salariés américains comptent pour plus de la moitié de ses 65'000 employés, indique qu'il détaillera "prochainement" ses projets de liquidation de ses magasins américains et de cessions d'activités.

Toys'R'Us s'était déclaré en faillite en septembre 2017, se plaçant sous la protection du chapitre 11, une disposition américaine permettant à une entreprise de continuer à fonctionner normalement à l'abri de ses créanciers. Mais le groupe a continué à rencontrer des difficultés pour se relancer et trouver de l'argent frais.

 

>> A lire aussi: Le géant des jouets Toys "R" Us va fermer un quart de ses magasins, 800 emplois menacés