La victoire des conservateurs aux législatives fait plonger le yen

Le yen a plongé lundi dans les premiers échanges asiatiques, après l'écrasante victoire aux législatives japonaises des conservateurs du PLD qui ont appelé à affaiblir la monnaie nippone.
06 août 2015, 15:22
Les conservateurs du PLD ont appelé à affaiblir la monnaie nippone.

Face au billet vert, la monnaie japonaise a chuté à son plus bas niveau depuis plus d'un an et demi: peu après 07h00 à Tokyo (dimanche à 23 heures en Suisse), le dollar valait 84,30 yens contre 83,52 yens vendredi à 23 heures à New York.

Contre l'euro, la devise nippone diminuait au plus bas depuis huit mois: l'euro cotait 111,10 yens lundi contre 109,94 yens vendredi.
 
Le Parti Libéral-Démocrate (PLD, droite) a remporté la majorité absolue à la chambre des députés au scrutin de dimanche et même obtenu une majorité qualifiée des deux-tiers avec son allié centriste du Nouveau Komeito, ce qui devrait faciliter la tâche de la future coalition gouvernementale face à un Sénat sans majorité claire.
 
"Cette 'super majorité' va permettre au nouveau gouvernement de passer des lois sans toujours se soucier du Sénat. L'alliance PLD/Nouveau Komeito pourra notamment prendre les initiatives budgétaires qu'elle souhaite", a expliqué Ray Attrill, cambiste à la National Australia Bank.
 
Politique monétaire ultra-accomodante
 
Le président du PLD et probable futur Premier ministre, Shinzo Abe, a martelé pendant sa campagne qu'il ferait tout pour obtenir de la Banque du Japon une politique monétaire ultra-accommodante, afin d'en finir avec la vigueur du yen et la déflation.
 
Considérée comme une "valeur refuge" par temps économique difficile, la monnaie japonaise a atteint ces derniers mois des records de vigueur face au dollar et à l'euro, ce qui handicape les groupes exportateurs nippons face à leurs concurrents étrangers.
 
Le yen a toutefois déjà reculé depuis la convocation du scrutin législatif anticipé au Japon à la mi-novembre, le marché tablant depuis sur une large victoire du parti de M. Abe, qui a jugé toutefois dimanche la devise nippone encore trop chère.
 
Le PLD a maintes fois reproché à l'actuel mouvement au pouvoir, le Parti Démocrate du Japon (PDJ, centre-gauche), d'avoir été trop conciliant envers la force du yen.
 
Sous la direction du PDJ, les autorités nippones sont intervenues quatre fois depuis septembre 2010 sur le marché des changes, en vendant massivement des yens pour en affaiblir la valeur. Mais ces actions n'ont eu qu'un effet limité et temporaire.