Coronavirus

Coronavirus: la CDS pour une levée progressive des mesures, mais avec prudence

chargement

Prise de position La Conférence suisse des directeurs cantonaux de la santé rappelle que les effets du premier allégement ne sont pas encore visibles et le manque de prudence pourrait aussi avoir de répercussions sur le plan économique.

 16.03.2021, 18:15
La moitié des cantons désire que les espaces intérieurs des restaurants rouvrent dès le 22 mars.

La Conférence suisse des directeurs cantonaux de la santé (CDS) juge qu’une levée trop rapide des restrictions décidées pour lutter contre le Coronavirus n’est pas raisonnable. Elle se montre néanmoins favorable à une ouverture progressive, telle que proposée par le Conseil fédéral, assortie de mesures d’accompagnement.

A lire aussi : Coronavirus: terrasses, concerts, cinéma, théâtre, sport amateur…ce qui pourrait changer dès le 22 mars «si la situation sanitaire le permet»

Le Conseil fédéral a proposé vendredi dernier de nouveaux assouplissements des mesures de lutte contre le coronavirus. Les restaurants pourraient ouvrir leurs terrasses à partir du 22 mars. La limitation des réunions privées pourrait être assouplie. Le projet mis en consultation auprès des cantons devrait également permettre d’assister à nouveau à des événements sportifs ou culturels et de participer à des manifestations publiques.

Dans un communiqué diffusé mardi, la CDS indique qu’une nette majorité des cantons approuve les propositions du Conseil fédéral. Le renforcement massif des dépistages souhaité par le gouvernement doit permettre de détecter plus tôt les personnes infectées et de briser efficacement les chaînes de transmission. En outre, l’augmentation du nombre de personnes vaccinées donne des raisons d’espérer, même si les livraisons doivent augmenter rapidement.

Pas assez pour les restaurants

Certains cantons auraient souhaité que les ouvertures soient plus nombreuses, mais aussi échelonnées différemment. La moitié désire que les espaces intérieurs des restaurants rouvrent dès cette étape. Plus de la moitié demande également que le télétravail soit recommandé, plutôt qu’obligatoire.

Le gouvernement tessinois critique une nouvelle fois l’ouverture de la frontière avec l’Italie et demande au Conseil fédéral un renforcement des contrôles.

 

 

La CDS rappelle qu’elle était déjà favorable à une levée progressive des mesures de restriction lors d’une précédente consultation en février. Une telle approche par étapes permet d’agir rapidement si nécessaire et d’éviter l’effet «yo-yo». Un système souple est nécessaire, d’autant plus qu’une tendance à la hausse du nombre de cas est observée depuis début mars.

La CDS incite le Conseil fédéral à agir avec prudence. Elle relève que les effets du premier allégement entrée en vigueur le 1er mars ne sont pas encore visibles. Manquer de prudence aurait de graves conséquences en termes de santé, mais aussi sur le plan économique, selon elle.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du 16 marsCoronavirus: toutes les nouvelles du 16 mars

DécryptageCoronavirus: pourquoi le vaccin AstraZeneca est suspendu dans 15 pays européensCoronavirus: pourquoi le vaccin AstraZeneca est suspendu dans 15 pays européens

PandémieCoronavirus en chiffres: vaccination, incidence, infections en Suisse... nos infographiesCoronavirus en chiffres: vaccination, incidence, infections en Suisse... nos infographies

SantéCoronavirus: Lonza obtient l’autorisation pour un nouveau site de production du vaccinCoronavirus: Lonza obtient l’autorisation pour un nouveau site de production du vaccin

Votations fédéralesCoronavirus: en cas de «non» en juin, la loi Covid-19 ne pourra valoir que jusqu’au 25 septembreCoronavirus: en cas de «non» en juin, la loi Covid-19 ne pourra valoir que jusqu’au 25 septembre

Top