16.09.2018Des candidats-alibis ?

Jérôme Démeule attaque Appel citoyen qui a décidé d’appliquer au recrutement de ses candidats à l’élection de la constituante des critères de genre qui, selon lui, défavorisent les femmes. Il ne va quand même pas jusqu’à traiter les hommes désignés d’«hommes-alibis» mais c’est tout comme. Logique. L’UDC s’est toujours opposée violemment aux quotas de sexes tout en protégeant les quotas de régions qui sauvent la représentation du Haut-Valais par exemple.

Appel citoyen innove en appliquant des quotas en vue d’assurer une représentation équitable non seulement des régions mais des hommes et des femmes et des générations représentées en Valais. Evidemment, les quotas ont l’effet d’écarter des listes celles et ceux qui sont en surnombre par rapport à l’objectif visé.

Ce qui a surpris tout le monde cette fois-ci, c’est que les femmes ont saisi en force la main qui leur était tendue et que dans certaines régions, elles ont été plus nombreuses que les hommes à faire acte de candidature, Cela signifie tout simplement que lorsque leurs chances d’être élues sont égales, les femmes s’intéressent autant à la politique que les hommes, et même davantage. On rappellera à Jérôme Desmeules qu’en fait, le système appliqué par les partis jusqu’ici n’a jamais permis d’élire plus de 20% de femmes dans les principaux conseils du canton. On comprend dès lors que certains s’y accrochent avec l’énergie du désespoir.

Top