08.07.2020, 15:30

A Morgins, la Petite Volerie fait découvrir le monde des rapaces

chargement
Carolyn Monay avec sa buse de Harris Raven, complices...

Loisirs Elle est tombée dedans enfant et depuis plus de deux décennies Carolyn Monay cultive une passion pour les rapaces. Elle la partage volontiers avec les curieux lors de balades découvertes ou de visites guidées organisées durant tout l’été à Morgins.

Dans la vieille grange qui borde la route du Lac, un cri rauque retentit. Raven déploie ses ailes et vient se poser sur le poing de Carolyn Monay pour y happer une tête de poussin.

La Morginoise cajole sa buse de Harris, l’un des cinq spécimens de cette espèce vivant à la Petite Volerie. «Trois sont nées chez moi et je les ai élevées à la main», souligne, pas peu fière, la trentenaire, en avouant que ses premiers pas dans l’élevage lui ont coûté nombre d’heures de sommeil ces deux derniers mois.

Une race sociale et joueuse

Sans regret toutefois: «J’aime beaucoup cette race. Elle est plus sociale que le faucon, le premier rapace que j’ai eu. Ça me correspond mieux. Joueuse, super sympa, elle est  toujours prête à faire des choses, même des bêtises parfois.» (Rires.)

Encore poussin, un harfang des neiges – la chouette blanche d’Harry Potter – complète la petite famille.

L’intérêt de la jeune femme pour ces volatiles remonte à son enfance. «J’ai toujours eu des animaux, chien, chat, cochon d’Inde. Mais un jour, à la télé, j’ai vu un rapace se poser sur le gant d’un fauconnier, librement, de son plein gré. Ça m’a fascinée!»

Elle attendra quand même d’avoir atteint la vingtaine et trouvé son autonomie pour «y aller. Les fauconniers de Saillon m’ont pris sous leur aile durant quelques mois.»

A lire aussi: Saillon: les Fêtes médiévales à la conquête du Graal

Une relation de confiance

La passion ne la quittera plus. Elle la cultive avec son mari David et leur fille Jyll, «3 ans et demi mais déjà mordue!», sourit la jeune maman. Elle se perfectionne au contact de leurs amis de l’association Falco à Genève, découvrant un monde complexe: «J’ai des oiseaux depuis quatorze ans mais on n’a jamais fini d’apprendre. Chacun a son caractère et, tous les jours, il faut se remettre en question pour que le partenariat fonctionne.» Car le lien qu’elle a tissé avec ses protégés relève à ses yeux davantage du partage que du dressage: «Quand ils me donnent leur confiance, c’est un cadeau, un honneur!»

 

Quand mes oiseaux me donnent leur confiance, c’est un cadeau, un honneur!
Carolyn Monay, fondatrice de la Petite Volerie, Morgins

Après une expérience ponctuelle l’an dernier lors du passeport vacances, la Morginoise a décidé cette année d’ouvrir grand les portes de son univers au public. «Partager avec des 10-12 ans m’a procuré un énorme plaisir! Alors je me suis dit: pourquoi pas?» Les autorisations des services vétérinaire et de la chasse en poche, elle propose des découvertes durant tout l’été (voir ci-dessous).

A la trappe, les vacances! 

Cette nouvelle activité s’ajoute à un emploi du temps chargé: «On est là tous les jours, même si on n’en vit pas. Tout ce qu’on gagne, on le réinvestit pour de nouvelles volières: et pour la nourriture, un sacré budget!» relève-t-elle en désignant le congélateur plein de poussins, lapins, rats et autres poissons.

Mais quand on aime, on ne compte pas: «Nous n’avons plus de vacances mais ça ne fait rien. Nos vacances à nous, c’est ici, dans la forêt où nos oiseaux volent, en liberté. C’est merveilleux!»

 

 

Durant tout l’été, des balades en forêt et des visites de la volerie
Les mardis, vendredis ainsi que les week-ends (et sur demande), Carolyn Monay propose au public, enfant ou adulte, de s’immerger dans le monde des rapaces. Aux plus jeunes, elle fait découvrir la volerie. Une partie théorique permet de se familiariser avec le matériel, le gant, la balance, le chaperon, les jets, la fauconnière, les pelotes, etc. «Ensuite, je leur présente un de mes oiseaux sur le gant, le tout durant environ trois quarts d’heure. Dès 8 ans, je propose aux participants une balade d’environ deux heures et demie avec une buse de Harris du côté de la mare aux Diables. On la fait voler, ils peuvent la prendre sur le poing. Et on improvise, car l’oiseau est chez lui et connaît la forêt comme sa poche.»

Infos au 079 761 08 88, sur la page Facebook La Petite Volerie – Morgins et sur www.regiondentsdumidi.ch

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

FestivalCrans-Montana: le cirque de l’alpage au chapiteauCrans-Montana: le cirque de l’alpage au chapiteau

DécouverteA Martigny, on déguste et on s’instruit dans le vignoble en pierres sèchesA Martigny, on déguste et on s’instruit dans le vignoble en pierres sèches

LoisirsDes dégustations originales pour combler les papilles et les sensDes dégustations originales pour combler les papilles et les sens

Des dégustations originales

Savourer des nectars valaisans en immersion dans une cave, dans le clocher d’une église ou sur un bateau de rafting:...

  07.08.2020 15:00

Arts vivantsSion: une ode festive à la ville d’en basSion: une ode festive à la ville d’en bas

Animation estivaleLa Journée des artistes animera le cœur de GrimentzLa Journée des artistes animera le cœur de Grimentz

Top