Les Etats-Unis déploient des navires antimissiles pour surveiller la Corée du Nord

L'armée américaine a déployé des navires antimissiles dans le but de surveiller le lancement d'une fusée par la Corée du Nord. Le Japon a, quant à lui, menacé de détruire ladite fusée en cas de nécessité.
07 déc. 2012, 06:59
Japan's Defense Minister Satoshi Morimoto answers to a reporter's question during a news conference in Tokyo Friday, Dec. 7, 2012. Morimoto ordered missile units to intercept a rocket expected to be launched by North Korea. North Korea says the launch will take place between Dec. 10 and Dec. 22. (AP Photo/Kyodo News) JAPAN OUT, MANDATORY CREDIT, NO LICENSING IN CHINA, FRANCE, HONG KONG, JAPAN AND SOUTH KOREA

Les Etats-Unis ont déployé des navires équipés de capacités antimissiles balistiques pour "surveiller étroitement" le lancement annoncé par la Corée du Nord d'une fusée. Ces bâtiments pourront intervenir si nécessaire. Le Japon menace aussi de dértuire la fusée au besoin.

"Il semble logique que nous les déplacions afin d'avoir une meilleure connaissance de la situation. Dans la mesure où ces bateaux sont capables de participer à un dispositif de défense antimissile, nous allons les positionner pour le mettre en oeuvre", a affirmé jeudi à des journalistes le commandant des forces américaines en Asie-Pacifique, l'amiral Samuel Locklear.

Leur déploiement doit permettre de "comprendre ce qui se passe" et, si le tir est effectué, de savoir de quel type de missile il s'agit, de déterminer sa trajectoire, qui il menace potentiellement, et de "rassurer nos alliés", a encore expliqué M. Locklear, sans préciser le nombre de navires en question.

Un responsable de l'US Navy s'est montré plus précis. Il s'agit de deux destroyers, l'USS Benfold et l'USS Fitzgerald, qui vont "surveiller tout lancement de missile éventuel par la Corée du Nord et également rassurer nos alliés dans la région si un tir a lieu", a-t-il dit à l'AFP, sous couvert de l'anonymat.

Menace japonaise

De son côté, le ministre japonais de la Défense Satoshi Morimoto a ordonné vendredi aux Forces d'auto-défense du pays de se tenir prêtes à détruire la fusée nord-coréenne ou ses morceaux si elle menaçait de tomber sur le territoire nippon, a annoncé son porte-parole.

L'archipel a préparé des missiles sol-air Patriot PAC 3 sur l'île d'Okinawa (sud) et a déployé trois destroyers équipés du système de radar américain Aegis et de missiles d'interception SM-3.

"Provocation" dénoncée

Les Etats-Unis ont dénoncé comme "un acte de grande provocation" le lancement annoncé comme imminent par Pyongyang d'un "satellite d'observation terrestre". La communauté internationale soupçonne la Corée du Nord de vouloir procéder à un nouveau test de missile balistique en infraction aux résolutions de l'ONU.

La Corée du Nord entend effacer l'échec du lancement très médiatisé d'une fusée Unha-3 en avril, qui avait explosé en vol. Pyongyang affirme qu'elle était aussi destinée à placer un satellite à usage civil en orbite.

Pour l'amiral Locklear, la Corée du Nord "a progressivement acquis une meilleure technologie" en matière de missile balistique. "Est-ce qu'elle aura plus de réussite que la dernière fois en un laps de temps si court, qu'a-t-elle fait pour corriger (les erreurs, ndlr)? Je ne peux le dire", a-t-il relativisé.