Réservé aux abonnés

Ma vie londonienne par Edimilson Fernandes

En manque de confiance quand il débarque à West Ham, Edimilson Fernandes est aujourd’hui un joueur libéré. Domicilié dans un quartier d’affaires, il se sent déjà comme à la maison dans son nouveau club.
22 nov. 2016, 23:44 / Màj. le 23 nov. 2016 à 00:01
Edimilson Fernandes

Canary Wharf, dans une parenthèse ensoleillée de la grisaille londonienne. Les buildings vitrés qui tendent leurs bras au ciel offrent la première attraction de ce quartier d’affaires, le plus puissant après la City. Au milieu de gros 4X4 alignés en bordure de route surgit une voiture allemande blanche aux plaques valaisannes. Plus de doute, on se trouve au bon endroit. «Salut, bienvenue chez moi», sourit Edimilson Fernandes dans une sincère poignée de mains. C’est ici, en bordure d’une Tamise dont on peine &...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois