15.08.2013, 13:05

Le système de vélos Publibike peine à convaincre

chargement
Publibike, ex-Vélopass peine à trouver son public cible.
Par David VAQUIN

Mobilité douce Les vélos en libre-service n'ont pas encore trouvé leur public cible dans la capitale. La Ville de Sion va tenter d'inverser la tendance en apportant plusieurs modifications.

A Sion, le système de vélos en libre-service Publibike, ex-Velopass,  est-il en train de pédaler dans la choucroute? C’est ce que laissent à penser de récentes statistiques. 4000 emprunts ont en effet été recensés en 2011 contre 2500 en 2012. Et en 2013? «Un peu moins», relève Elise Méan, responsable communication auprès de Publibike. Une responsable qui reste optimiste: «Notre système de comptage a connu de gros bugs. Les chiffres sont donc à prendre avec des pincettes. Il est aussi normal d’avoir une baisse après le lancement. Il y a toujours un effet de promotion lié notamment à des abonnements offerts. Concernant 2013, la Météo catastrophique ne nous a pas non plus aidés.» Malgré tout, la société est consciente que rien n’est acquis. «Même en tenant compte des erreurs de calcul, il est évident que nous sommes confrontés à une baisse de l’utilisation. Nous le prenons comme un signal d’alarme».

600'000 francs dépensés

Un signal d’alarme qui a également retenti lors du dernier Conseil général de la Ville de Sion. Car bien que Publibike soit une société privée, la municipalité met la main au portemonnaie. «Nous avons acheté un service. Il faut compter 60'000 francs lors de la construction d’une station et 1000 francs annuels par vélo pour l’entretien et le rééquilibrage des stations (déplacer les vélos pour que les stations soient toujours équipées) », détaille Georges Joliat, ingénieur de la Ville de Sion.

Découvrez le montant total investi par la Ville, les solutions proposées pour sauver le système, l'avis de Christophe Clivaz, conseiller communal en charge de la mobilité ainsi qu'un test et un comparatif avec le système Valaisroule dans notre édition du vendredi 16 août.


Top