18.03.2019, 16:35

Explosion à Grône: «En entendant tout ce bruit, j’ai cru qu’un autocar était sorti de la route»

chargement
1/5  

Explosion Une impressionnante explosion a détruit la maison du vice-président de Grône. Deux personnes ont été blessées lors de ce sinistre. Alors que les investigations se poursuivent pour connaître l’origine de cet événement, un villageois domicilié à proximité a accepté de nous livrer son témoignage.

«Les investigations se poursuivent», affirme Steve Léger, porte-parole de la police cantonale. 48 heures après l’explosion qui a fait deux blessés dimanche à Grône, la police en ignore encore les causes. La déflagration s’est produite dans une maison villageoise, située sur la rue centrale, composée de deux appartements, dimanche à 19h30.

Le président de GrôneMarcel Bayard s’est rendu sur place le soir même. «C’est impressionnant, ça donne les frissons», témoigne-t-il. L’explosion a été terrible. Elle a complètement éventré la maison. Des débris de verre ont été projetés loin à la ronde. «En voyant les dégâts, j’ai espéré qu’il n’y ait pas de victime dans la maison et dans le voisinage.»

 

La maison a été éventrée par l’explosion. ©Sacha Bittel

 

La maison touchée est celle où habite le vice-président de la commune Eric Morand. Contacté, ce dernier ne souhaite pas faire de commentaire pour l’instant. Il renvoie à la police cantonale pour avoir plus d’informations.

Deux personnes ont été blessées, l’une a pu quitter l’hôpital mardi. La gravité des blessures de la deuxième n’est pas connue, mais son pronostic vital n’est pas engagé selon Steve Léger.

 

 

 

«J’ai cru qu’un autocar était sorti de la route»

Plusieurs villageois domiciliés à proximité de la maison ont entendu la déflagration, dimanche soir. Michel Petitjean compte parmi ceux-ci. Ce Grônard de 75 ans habite sur la route de Loye, juste en-dessus du lieu du sinistre. Il était chez lui lorsque l’événement s’est produit. «J’avais l’impression que des tôles glissaient sur le sol. En entendant tout ce bruit, j’ai d’abord cru qu’un autocar était sorti de la route. Ensuite, j’ai vu des lumières et un véhicule de pompiers dans le pré.»

Mais son dos affaibli ne lui a pas permis d’aller prêter main forte aux secours. «Ce n’est que lundi matin que je me suis rendu compte de ce qu’il s’était réellement passé. Les dégâts sont impressionnants», raconte-t-il, attablé dans un café au centre du village. «Cet événement m’attriste profondément, d’autant que je suis le beau-frère du vice-président de la commune. Mon épouse a été élevée dans cette maison.»

Assis à ses côtés, Jean-Bernard a lui aussi constaté les dégâts lundi matin. «Les occupants de la maison auraient pu y rester. Je suis soulagé d’apprendre que leur vie n’est pas en danger.»

 

La maison comptait deux appartements. ©Sacha Bittel

 

L’origine de la déflagration n’est pour l’heure pas connue. «Les investigations sont toujours en cours», déclarait Stève Léger lundi en milieu de matinée. La police cantonale et municipale, trois ambulances et le corps des sapeurs-pompiers du Vallon ont été engagés sur les lieux de l’explosion dimanche soir.

 


Top