02.03.2018, 16:30

Valais: le froid et la neige poussent la faune dans ses derniers retranchements

chargement
Ce cerf, photographié en février en Entremont, était visiblement déjà très affaibli par la neige et le froid. La météo des derniers jours n'a rien arrangé.

Froid et neige Entre vague de froid et chutes de neige régulières et abondantes, l'hiver n'a pas épargné la faune du canton. Les photos et images de cerfs affaiblis sur les réseaux sociaux en sont la preuve. Pour les gardes-chasse, il faut totalement éviter de déranger ces animaux durant cette période critique avant le retour des beaux jours.

«Le gibier souffre cet hiver, certains animaux sont très affaiblis», lance Tony Roduit, garde-chasse à la retraite en Entremont. Signes visibles de cet hiver qui n’en finit pas pour la faune, les photos prises et diffusées par ce dernier sur les réseaux sociaux il y a tout juste quelques heures. Des images qui font écho à la vidéo d’un cerf sur une terrasse de particulier massivement diffusée en ligne. Un animal, visiblement très amaigri, se laisse approcher suffisamment pour être nourri de carottes. «Ce n'est absolument pas courant comme comportement», assure Yvon Crettenand, biologiste au Service de la chasse et de la pêche de l'Etat du Valais. «Quand un cerf perd la crainte de l'homme, c'est vraiment une question de survie.»

 

Ce cerf, photographié en Entremont au mois de février, tente de reprendre des forces en se réchauffant au soleil. ©Tony Roduit

 

«Les chercheurs de bois vont le faire mourir»

De prime abord insolite, la vidéo filmée sur cette terrasse du val d'Hérens témoigne des conditions très difficiles pour les animaux en cette fin d'hiver. «Malheureusement, ce cerf est certainement déjà mort. Si ce n’est pas le cas, les chercheurs de bois vont le faire mourir», indique Marie-Hélène Fauchère Bonvin, garde-chasse du haut val d'Hérens. Selon elle, de nombreuses personnes se sont déjà lancées en quête de bois de cerf dans la région. Ce phénomène accentue encore la pression sur ces animaux. «Il est inutile de courir après les bois en ce moment. Seulement 2% des cerfs les ont perdus actuellement.» Tous nos interlocuteurs rappellent qu'il ne faut pas déranger la faune en cette période critique, «éviter de promener son chien sans laisse, de faire du hors-piste ou des balades à raquettes dans ces zones».

 

Le même cerf sur ses quatre pattes mais visiblement très amaigri. ©Tony Roduit

Plus d’accidents de gibier sur les routes

Yvon Crettenand ajoute: «Nous avons aussi constaté plus d'accidents que d'habitude sur les routes impliquant du gibier car les animaux souffrent et utilisent ces zones dégagées pour se déplacer.» Il faut dire que l'hiver a été rude, avec des chutes de neige survenues tôt et de manière régulière depuis novembre dernier. La vague de froid de ces derniers jours n’a rien arrangé. «Dans la région de Bourg-Saint-Pierre, les températures sont descendues à moins 20 degrés», constate Tony Roduit. Si les observateurs de la faune se disent inquiets, difficile pour le moment de dresser un bilan de cet hiver extrême pour le gibier.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Faune sauvagePlus de 20'000 accidents avec du gibier sur la route et le railPlus de 20'000 accidents avec du gibier sur la route et le rail

Top