Prisons valaisannes: «Les suicides ne sont pas prédictibles». Interview de la cheffe de la médecine pénitentiaire

chargement

Détention Deux détenus en détention préventive se sont suicidés à la prison des Iles cet été. Pour tenter de mieux comprendre les enjeux du suivi psychiatrique et de la prévention du suicide en prison, nous avons rencontré Marie-Elise Pflieger, cheffe du service de médecine pénitentiaire à l’Hôpital du Valais.

 10.09.2021, 05:30
Lecture: 8min
Premium
Marie-Elise Pflieger, cheffe du service de médecine pénitentiaire à l'Hôpital du Valais et psychiatre.

Marie-Elise Pflieger est psychiatre et cheffe du service de médecine pénitentiaire de l’Hôpital du Valais depuis 2019. Ce service, sa dotation, ses relations avec la prison ont souvent fait l’objet de discussions houleuses. Mais, alors qu’il semble que la situation soit désormais pacifiée, deux suicides à quelques semaines d’intervalle ont assombri le ciel carcéral valaisan cet été. Du jamais vu depuis vingt ans. 

Pour tenter de comprendre les enjeux, les souffrances et la...

À lire aussi...

PrisonsDeux suicides qui interpellent à la prison des Iles à SionDeux suicides qui interpellent à la prison des Iles à Sion

Top