Il aide à trouver le bon traitement contre les cancers

chargement

CANCER Le professeur Origène Nyanguile et son équipe développent, en partenariat avec l’entreprise Debiopharm Research and Manufacturing SA, des marqueurs capables de déterminer l’efficacité des traitements contre le cancer.

  02.02.2021, 09:28
Partenaire
Une fois par semaine, jusqu’au 24 février, le campus se dévoile dans Le Nouvelliste. Découvrez-y les acteurs qui y évoluent, ainsi que les solutions de demain qui y sont développées.

Dans leur laboratoire de la HES-SO Valais-Wallis, le professeur Origène Nyanguile et son équipe œuvrent contre les cancers. Et même s’ils ne fabriquent pas de nouveaux traitements, leurs recherches pourraient sauver un bon nombre de vies. Ils ont en effet développé, en partenariat avec l’entreprise Debiopharm, une technologie qui permet aux médecins de juger beaucoup plus rapidement de l’efficacité d’un traitement. Explications.

Ne pas perdre de temps

«50% des patients victimes d’un cancer ne répondent pas au traitement qui leur est administré, même si celui-ci est d’excellente qualité», explique le professeur dans la filière des Technologies du vivant de la Haute Ecole d’Ingénierie. Les causes peuvent être diverses et sont difficiles à anticiper pour les médecins. Concrètement, un tel échec signifie que le médicament libéré par les anticorps thérapeutiques n’ont pas ciblé les cellules cancéreuses mais se sont répandus ailleurs dans le corps.
«Il faut normalement deux à trois mois pour s’assurer qu’une thérapie fonctionne», relève Origène Nyanguile. «Pour des patients qui sont déjà très malades, ce laps de temps peut être fatal.» Pour accélérer le processus, son équipe a développé des marqueurs capables de déterminer l’efficacité de l’anticorps thérapeutique en quelques heures.

«Il faut normalement deux à trois mois pour s’assurer qu’une thérapie fonctionne»
«50% des patients victimes d’un cancer ne répondent pas au traitement qui leur est administré, même si celui-ci est d’excellente qualité», explique le professeur dans la filière des Technologies du vivant de la Haute Ecole d’Ingénierie. Les causes peuvent être diverses et sont difficiles à anticiper pour les médecins. Concrètement, un tel échec signifie que le médicament libéré par les anticorps thérapeutiques n’ont pas ciblé les cellules cancéreuses mais se sont répandus ailleurs dans le corps.
«Il faut normalement deux à trois mois pour s’assurer qu’une thérapie fonctionne», relève Origène Nyanguile. «Pour des patients qui sont déjà très malades, ce laps de temps peut être fatal.» Pour accélérer le processus, son équipe a développé des marqueurs capables de déterminer l’efficacité de l’anticorps thérapeutique en quelques heures.

«Il faut normalement deux à trois mois pour s’assurer qu’une thérapie fonctionne»

Des résultats déjà prometteurs

«L’idée est de vérifier que ces anticorps ciblent les bonnes cellules», précise le chercheur. Pour ce faire, il a trouvé le moyen d’adjoindre à l’anticorps une microdose d’une substance légèrement radioactive (à une proportion sans conséquence sur la santé humaine). Cette dose sert de test. Une fois administrée à un patient, son médecin peut vérifier, par le biais d’un instrument d’imagerie médicale, si les anticorps thérapeutiques «marqués» visent les bonnes cellules. Si c’est bien le cas, cela signifie que le traitement envisagé devrait être efficace.
Preuve de la percée que représente cette découverte, elle sera présentée cette année lors du congrès annuel (en ligne) de l’American Association of Cancer Research, un congrès de renommée mondiale en oncologie qui réunit plus de 22'500 spécialistes de la discipline.


  Réagir à cet article
Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Bons plansDes guides digitalisés pour plus de flexibilité cet étéDes guides digitalisés pour plus de flexibilité cet été

CONSTRUCTIONConstruction : le boom technologiqueConstruction : le boom technologique

Sport en étéComprendre les principes de la canicule pour mieux s’entraînerComprendre les principes de la canicule pour mieux s’entraîner

Chronique santéLes enfants peuvent-ils se faire vacciner sans l’accord des parents?Les enfants peuvent-ils se faire vacciner sans l’accord des parents?

Chronique santéQuelle aide pour les femmes lors d'une interruption volontaire de grossesse (IVG)?Quelle aide pour les femmes lors d'une interruption volontaire de grossesse (IVG)?

Top