17.10.2019, 00:01

Une Amérique vénale

Premium
chargement
En Syrie, la Turquie–à droite, le président Recep Tayyip Erdogan, avec Donald Trump–est la grande gagnante de l’abandon des Kurdes  par les Etats-Unis, tout comme les Russes, qui dominent la région.

DIPLOMATIE La politique étrangère du président Donald Trump se retourne contre les intérêts des Etats-Unis, notamment après l’abandon des Kurdes en Syrie.

Un homme d’affaires dans un fauteuil de président. Le milliardaire Donald Trump dirige la première puissance mondiale comme une entreprise, depuis la Maison-Blanche: en fonction du rapport coût-bénéfice. Le parrainage de l’Arabie saoudite? La promesse de milliards de dollars en retour. L’abandon des Kurdes syriens? Ils n’apportent rien aux Américains, si ce n’est des problèmes. Le retrait de l’accord...

À lire aussi...

InefficaceCoronavirus: l’app de traçage australienne n’a détecté qu’1 seul cas potentiel en 1 moisCoronavirus: l’app de traçage australienne n’a détecté qu’1 seul cas potentiel en 1 mois

Répression policièreEtats-Unis: la polémique monte sur la répression des manifestantsEtats-Unis: la polémique monte sur la répression des manifestants

Etats-Unis: la polémique enfle

Alors que les actions contre le racisme se multiplient dans le pays, suite au décès de George Floyd, la répression...

  05.06.2020 19:48

live
En directCoronavirus: la foire agricole Olma 2020 est annuléeCoronavirus: la foire agricole Olma 2020 est annulée

CatastropheRussie: la progression de la marée noire dans l’Arctique a été «stoppée»Russie: la progression de la marée noire dans l’Arctique a été «stoppée»

EmeutesEtats-Unis: l’expert suisse de l’ONU veut des investigations indépendantesEtats-Unis: l’expert suisse de l’ONU veut des investigations indépendantes

Top