Une commission veut des mesures rapides pour réguler le loup

Les populations de loups doivent être régulées rapidement. La commission de l’environnement du Conseil des Etats veut assouplir les ordonnances correspondantes.
15 janv. 2021, 17:10
/ Màj. le 15 janv. 2021 à 17:10
L'idée est de contrôler l'expansion du loup en Suisse et de rendre possible la cohabitation entre l'homme, les animaux de rente et les grands prédateurs (illustration)

La révision de la loi sur la chasse venant d’être rejetée par le peuple, la commission de l’environnement du Conseil des Etats ne veut pas remettre l’ouvrage sur le métier tout de suite. Par 6 voix contre 2 et 3 abstentions, elle rejette donc l’initiative de son homologue du National en ce sens.

A la place, elle a déposé sans opposition une motion visant à exploiter la marge de manoeuvre prévue par l’actuelle loi sur la chasse. L’idée est de contrôler l’expansion du loup en Suisse et de rendre possible la cohabitation entre l’homme, les animaux de rente et les grands prédateurs.

Loups tirés plus facilement

Pour la commission, une solution pragmatique au problème du loup est possible dans le cadre de l’actuelle loi. Elle demande en particulier de pouvoir éliminer plus rapidement les prédateurs causant des dommages ou présentant des problèmes de comportement. Le seuil relatif à la régulation des loups doit ainsi être abaissé.

En outre, la protection des troupeaux doit être renforcée et étendue, notamment aux alpages et aux pâturages ainsi qu’aux équidés et au gros bétail. 

L’objectif est de prendre des mesures le plus rapidement possible, précise la commission. Une motion de même teneur a été déposée par son homologue du National. Si chacune des Chambres adopte son texte, les motions seront définitivement transmises au Conseil fédéral.