Réservé aux abonnés

Une bride pour les civilistes

Le Conseil des Etats a adopté, hier, le projet visant à freiner le nombre de jeunes qui choisissent de remplir leurs obligations de servir hors de l’armée – si précieux dans le social et la santé.
12 sept. 2019, 00:01
/ Màj. le 12 sept. 2019 à 00:01
ARCHIV - ZUM ENTSCHEID DES BUNDESRATES UEBER DIE ZULASSUNG ZUM ZIVILDIENST, AM MITTWOCH, 15. NOVEMBER 2017, ERHALTEN SIE FOLGENDE THEMENBILDER ----- An alternative civilian service employee pictured pouring drinks into glasses at a school in Kehrsatz, Canton of Berne, Switzerland, on December 9, 2016. (KEYSTONE/Christian Beutler)  SCHWEIZ ZIVILDIENST SCHULWESEN

Sans eux, les personnes âgées seraient un peu plus égarées dans les grands couloirs pâles des établissements médico-sociaux. Sans qui? Les auxiliaires de santé? Les assistants socio-éducatifs? Pas seulement. Les civilistes contribuent aussi au bien-être des résidents des EMS, en perte d’autonomie ou atteints de démences avancées. A l’image des 124 pensionnaires de la Sombaille, à La Chaux-de-Fonds.

«Ils nous permettent de diversifier les animations aux personnes âgées et d’individualiser davantage l’accompagnement», apprécie Christophe Girod, responsable du service socioculturel de l’établisse...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois