Suisse-UE: visite de travail de la secrétaire d’Etat après l’échec de l’accord-cadre

La secrétaire d’Etat Livia Leu a rencontré plusieurs personnes à Bruxelles et a notamment fait part de la volonté du Conseil fédéral de poursuivre la voie bilatérale et encouragé le «dialogue politique».
17 sept. 2021, 19:07
/ Màj. le 17 sept. 2021 à 19:32
Livia Leu a rencontré plusieurs personnes à Bruxelles.

Pour la première fois depuis l’échec de l’accord-cadre, la secrétaire d’Etat Livia Leu s’est rendue vendredi à Bruxelles pour une visite de travail. Ses entretiens ont porté sur les derniers développements et les perspectives de la relation Suisse-UE.

Mme Leu a rencontré Ilze Juhansone, secrétaire générale de la Commission européenne, Juraj Nociar, chef de cabinet de Maros Sefcovic, vice-président de la Commission européenne, et Stefano Sannino, secrétaire général du Service européen pour l’action extérieure. Avec M. Sannino, Mme Leu a principalement discuté de questions de politique étrangère telles que l’Afghanistan.

Devant les médias à Bruxelles, la secrétaire d’Etat a déclaré avoir souligné auprès de ses interlocuteurs la volonté du Conseil fédéral de poursuivre la voie bilatérale. Ceci dans l’intérêt des deux parties.

A lire aussi: Suisse-UE: «Si le Conseil fédéral ne veut pas de l’accord-cadre, il doit dire ce qu’il veut à la place»

Mme Leu a également encouragé le «dialogue politique» avec l’UE, souhaité par le Conseil fédéral afin de développer un agenda commun. Ce dialogue doit «englober tout le spectre de nos relations», a poursuivi Mme Leu.

L’UE s’est montrée intéressée à un dialogue, a résumé le secrétaire d’Etat, ajoutant que «l’heure n’est pas aux portes fermées». En même temps, la Suisse est bien sûr consciente des questions importantes pour l’UE et qui devront être discutées dans ce processus.

Mardi prochain, les ministres européens seront informés par la Commission européenne sur les relations entre la Suisse et l'UE. Il ne faut pas s'attendre à un débat entre les Etats membres. Néanmoins, ils ont le droit de s'exprimer sur le sujet.