Protection des animaux: un nouveau cas de maltraitance a été révélé en Thurgovie

Un agriculteur du canton de Thurgovie détient des vaches dans des conditions misérables, alors qu'il est sous le coup d'une interdiction de posséder des bêtes. La maison de cet agriculteur est délabrée, les tracteurs sont en panne et les pâturages ne sont pas entretenus.
16 août 2017, 10:40
/ Màj. le 16 août 2017 à 10:53
L'administration cantonale n'a pas encore pris position à propos de ce nouveau cas de maltraitance d'animaux qui intervient peu après l'affaire des chevaux de Hefenhofen (TG). (illustration)

La Thurgovie connaît un nouveau cas de maltraitance d'animaux. Un agriculteur à Bussnang (TG) détient des vaches dans des conditions misérables, malgré une interdiction de posséder des animaux. Le gouvernement a admis mercredi avoir commis des erreurs dans le cas des chevaux maltraités à Hefenhofen (TG).

Cet agriculteur de Bussnang n'a plus le droit de détenir des animaux depuis 2010, selon des informations révélées par le Blick. Malgré cette interdiction, il a une soixantaine de vaches qui vivent dans des conditions précaires.

Maison délabrée et tracteurs en panne

La maison de cet agriculteur est délabrée, les tracteurs sont en panne et les pâturages ne sont pas entretenus. Il a essayé deux fois, en vain, de s'opposer à l'interdiction de détenir des animaux qui lui a été signifiée en allant jusqu'au Tribunal fédéral.

Depuis cette décision, c'est un neveu qui a repris le domaine, mais c'est toujours l'agriculteur qui s'occupe des vaches. L'administration cantonale n'a pas encore pris position à propos de ce nouveau cas de maltraitance d'animaux qui intervient peu après l'affaire des chevaux de Hefenhofen (TG).

Le gouvernement admet des erreurs

Mercredi lors de la séance du Grand conseil, le gouvernement a reconnu avoir commis des erreurs dans l'affaire de Hefenhofen (TG). Le conseiller d'Etat Walter Schönholzer a remercié la femme qui a porté plainte contre l'éleveur des chevaux maltraités. "Un tel cas ne doit plus se reproduire", a déclaré le chef du département de l'économie.

Il faut maintenant analyser systématiquement et sans ménagement ce cas extrême. "Nous le devons aux chevaux morts et maltraités", a encore déclaré Walter Schönholzer.

Mardi, le gouvernement thurgovien a annoncé qu'il confie à une commission externe le mandat d'examiner systématiquement comment la loi sur la protection des animaux est appliquée dans le canton. L'objectif est que la loi soit à l'avenir appliquée de manière effective et conséquente.